Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

Coupe du monde : les tops et flops du premier tour !

Par Youcef Touaitia - Actu Mondial 2018, Mise en ligne: le 29/06/2018 à 22h33
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

La phase de poules de la Coupe du monde terminée, il est temps de dresser un premier bilan des 48 premiers matchs disputés en Russie. Quels sont les tops et les flops du premier tour de cette 21e édition ? Maxifoot vous propose sa sélection.

Coupe du monde : les tops et flops du premier tour !
Zabivaka, la mascotte de la Coupe du monde en Russie.

Après deux semaines de compétition et 48 matchs déjà disputés, les fans de football ont pu souffler ce vendredi. En effet, la phase de poules désormais terminée, la moitié des équipes ont déjà fait leurs valises pour retourner au pays.

Les 16 formations restantes, qualifiées pour les 8es de finale, se livreront un combat intense à partir de samedi pour espérer se retrouver le 15 juillet prochain à Moscou. Que faut-il retenir de la première partie de cette Coupe du monde ? Quels sont les tops et les flops ? Maxifoot vous propose sa sélection.

LES TOPS

1. Un suspense haletant ! En dehors des groupes A et G, où l'Uruguay, la Russie, la Belgique et l'Angleterre ont ruiné les espoirs de leurs adversaires, nous avons eu droit à des scénarios rocambolesques lors de la 3e journée de la phase de poules. L'Espagne qui double le Portugal, proche d'être éliminé par l'Iran, au dernier moment, l'élimination de l'Allemagne après avoir manqué une balle de match par Hummels puis en encaissant 2 buts dans le temps additionnel. Ou encore la qualification de l'Argentine au bout du suspense et celle du Japon au dépens du Sénégal grâce au fair-play… De bon augure avant le second tour ?

2. Une organisation parfaite. C'était une des inconnues avant le début de la compétition. Tout le monde se souvient du terrible Angleterre-Russie durant l'Euro 2016 avec des incidents très graves à Marseille. Alors qu'on aurait pu craindre pour les fans britanniques, force est de constater que les autorités russes gèrent parfaitement l'événement. Aucun incident majeur, des sourires à tous les matchs et de l'hospitalité dans toutes les villes du pays, Vladimir Poutine a tenu sa promesse. Et cela donne une Coupe du monde très agréable à suivre dans des stades somptueux.

3. Il n'y a plus de petites équipes. En attendant 2026 et la première Coupe du monde à 48 pays, difficile de ne pas apprécier le format actuel. Avec 32 nations venues des quatre coins du monde, rarement le niveau n'a été aussi homogène. Certes, on a eu droit à deux cartons (Russie 5-0 Arabie Saoudite, Angleterre 6-1 Panama), mais dans l'ensemble, toutes les équipes parviennent à montrer un beau visage. Qu'il soit offensif ou défensif. Les favoris annoncés, même s'ils arrivent souvent à s'en sortir, doivent souvent repousser leurs limites pour se faire respecter. Le Mexique, la Belgique, le Portugal, le Japon, la Russie, la Croatie, le Danemark, la Suède, la Suisse ou encore la Colombie peuvent-il titiller les historiques pour remporter un premier sacre ? On le saura prochainement...

4. Real-Barça, le duel se poursuit ! Avec cinq buts en deux matchs joués, l'attaquant anglais Harry Kane est actuellement le meilleur buteur du Mondial. Mais si l'on occulte l'identité des joueurs pour se concentrer sur les clubs auxquels ils appartiennent, ce sont bien le Real Madrid et le FC Barcelone qui trônent en tête du classement des artificiers. En effet, les Madrilènes et les Barcelonais présents en Russie ont fait trembler les filets adverses à neuf reprises, soit davantage que n'importe quelle autre équipe. La Maison Blanche peut remercier Cristiano Ronaldo (4 buts), Luka Modric (2), Nacho (1), Toni Kroos (1) et Isco (1), tandis que les Blaugrana devront féliciter Philippe Coutinho (2), Yerry Mina (2), Luis Suarez (2), Ivan Rakitic (1), Paulinho (1) et Lionel Messi (1). Un hasard ? Pas vraiment…

5. Les fans latino-américains. Même à plus de 10 000 kilomètres, ils sont incontournables ! Malgré la distance qui sépare la Russie des Amériques, les supporters des nations latino-américaines sont toujours au top. A chaque fois que le Mexique, l'Argentine, le Pérou, le Brésil ou encore la Colombie ont joué, il n'y a pas eu photo dans les tribunes. Un atout très important qui donne forcément des ailes à ces équipes, qui peuvent compter sur le soutien indéfectible de leurs fans. Plus qu'un sport, le football est une véritable religion pour ces gens.

LES FLOPS

1. L'Allemagne. Comme la France en 2002, l'Italie en 2010 et l'Espagne en 2014, le champion du monde en titre a pris la porte dès le premier tour. Mais lorsque celui-ci est l'Allemagne, cela est forcément plus surprenant. En effet, c'est la première fois depuis 1938 que la Nationalmannschaft est éliminée dès la phase de poules. Des cadres à la rue, avec notamment un Thomas Müller méconnaissable, lui qui restait sur 10 buts lors des deux dernières éditions, un jeu stéréotypé, un sélectionneur dépassé… On n'a pas reconnu les Allemands cette année. Un Mondial sans eux au second tour, il faut s'y habituer. Même si les prétendants au titre ne s'en plaindront pas…

2. Robert Lewandowski. Une première Coupe du monde complètement ratée pour le Polonais. Malgré ses 16 buts lors des éliminatoires, l'attaquant du Bayern Munich n'a pas su surfer sur sa belle forme pour porter son pays dans cette compétition. Avec 0 but au compteur, l'avant-centre munichois est passé à côté de la compétition. Certes, son équipe n'est pas la plus sexy du tournoi. Mais de là à proposer aussi peu.... Dans le groupe le plus homogène du Mondial, où figuraient la Colombie, le Japon et le Sénégal, Lewandowski aurait dû mieux faire. Surtout après ses multiples déclarations pas toujours humbles. Lui qui souhaitait probablement séduire le Real Madrid s'est troué dans les grandes largeurs…

3. L'Afrique. Aïe… Pour la première fois depuis 1982, aucun représentant du continent ne sera présent à partir des 8es de finale. Une énorme déception qui doit forcément poser le débat du niveau du football africain. Bien évidemment, tout n'est pas à jeter puisque le Maroc a offert de belles choses malgré une naïveté rédhibitoire, la Tunisie n'a pas eu de chance en tombant dans un groupe très relevé avec la Belgique et l'Angleterre. Le Nigéria, qui a été éliminé dans les dernières minutes de son match face à l'Argentine et le Sénégal, sorti à cause du fair-play au dépens du Japon, n'ont pas à rougir. Seule l'Egypte, avec 3 défaites en 3 matchs, est vraiment passée à côté. Avec l'espoir de revenir plus fort au Qatar, en 2022.

4. La frilosité de certaines équipes. Si le suspense a été au rendez-vous, que les écarts se sont resserrés entre les équipes, il ne faut pas passer sous silence la propension de certaines d'entre elles à fermer le jeu pour bousculer leurs adversaires. Même si avec 122 buts, ce cru 2018 reste prolifique (on est loin des 101 buts de 2010 après le premier tour), on a toutefois le sentiment que l'enjeu a souvent pris le pas sur le jeu et que beaucoup de formations n'ont pas lâché les chevaux pour proposer autre chose qu'un visage défensif. Cela a marché pour certaines, pas pour d'autres, avec certainement des regrets. On peut toutefois se réjouir de n'avoir eu droit qu'à un seul 0-0 en 48 matchs. Un certain… France-Danemark.

5. Le cinéma autour de la VAR. L'assistance vidéo a fait son apparition pour ce Mondial. Après 48 matchs, les sceptiques sont-ils convaincus ? Certains oui. D'autres non. Si sur quelques actions, elle a été d'une grande utilité (le premier but sud-coréen contre l'Allemagne par exemple), de nombreux acteurs du Mondial se sont plaints de sa non-utilisation sur d'autres actions. Plusieurs joueurs et sélectionneurs ont reproché aux arbitres de ne pas y avoir eu recours quand cela les arrangeait, rendant parfois les situations lourdes à suivre. La finalité, c'est qu'il y aura toujours quelque chose à redire sur cet outil. Et cela n'est pas près de s'arrêter avec les matchs couperets qui arrivent…

Quels ont été vos tops et vos flops du premier tour de cette Coupe du monde ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Ajouter un commentaire» ...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique MONDIAL 2018


Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Quelle équipe allez-vous supporter en Ligue 1 cette saison ?

Paris SG
Marseille
Lyon
Lille
Saint-Etienne
Monaco
Nice
Bordeaux
Nantes
Strasbourg
Rennes
Toulouse
Montpellier
Metz
Nimes
Autre
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents


Liens de la rubrique MONDIAL 2014


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB