Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

Le Japon se qualifie grâce au fair-play... sans vraiment l'être ! - Débrief et NOTES des joueurs (Japon 0-1 Pologne)

Par Gilles Campos - Actu Mondial 2018, Mise en ligne: le 28/06/2018 à 18h05
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Au terme d'un match quasi-soporifique, le Japon a été battu par la Pologne (0-1) ce jeudi. Les Samouraïs valident tout de même leur qualification en huitièmes de finale grâce à la victoire de la Colombie face au Sénégal (1-0), et surtout grâce au fair-play. Pourtant, les Japonais ne l'ont pas vraiment été en fin de rencontre...

Le Japon se qualifie grâce au fair-play... sans vraiment l'être ! - Débrief et NOTES des joueurs (Japon 0-1 Pologne)
À l'image d'Usami, les Japonais ont été décevants face à la Pologne.

Les Japonais peuvent remercier les Colombiens... Et le fair-play ! En effet, avec leur lamentable défaite concédée face à une Pologne déjà éliminée (0-1) ce lundi, un match nul des Sénégalais face aux Sud-Américains aurait signé la fin de l'aventure nipponne dans cette Coupe du monde. Au final, les Samouraïs terminent en seconde position de ce groupe H grâce à la victoire de la Colombie (1-0), grâce à un plus petit nombre de biscottes jaunes que les Africains, et aussi grâce à une fin de match honteuse...

Les Japonais ont tremblé

Avant le coup d'envoi, le thermomètre affichait 35° à Volgograd. Logiquement, cela a eu une incidence sur la rencontre, plutôt soporifique au final. Il aura d'ailleurs fallu attendre la demi-heure de jeu pour voir la seule occasion franche de la première période, avec une belle tête de Grosicki sauvée sur sa ligne par Kawashima ! Au retour des vestiaires, rien ne changeait, ou presque.

Les Samouraïs continuaient d'attaquer sans y croire, alors qu'un but polonais pouvait les éliminer du Mondial. Et ce qui devait arriver, arriva. À la réception d'un joli coup franc de Kurzawa, Bednarek crucifiait Kawashima à bout portant (0-1, 59e) ! À ce moment du match, ce sont bien la Colombie et le Sénégal qui se qualifiaient en huitièmes. Lewandowski pensait doubler la mise par la suite, mais sa reprise en pleine surface s'envolait au-dessus du cadre.

La Colombie qualifie finalement les Samouraïs

Les Samouraïs se ruaient alors vers l'attaque. L'ouverture du score de la Colombie face au Sénégal (1-0) allait toutefois freiner leurs ardeurs offensives, car les hommes d'Akira Nishino étaient à nouveau qualifiés et ils ont donc tout fait pour ne pas encaisser un but supplémentaire. Les dix dernières minutes de jeu ont même tourné à la mascarade, avec des Nippons qui faisaient tourner la balle dans leur camp, sans aucun pressing des Polonais. Le public a logiquement sifflé, mais les Japonais tenaient bel et bien leur ticket pour le tour suivant.

Au final, c'est donc la Colombie qui termine en première position de ce groupe, et qui affrontera le l'Angleterre ce mardi en huitièmes de finale. De son côté, la Pologne sort la tête haute de ce Mondial, avec une victoire au compteur. Les Japonais seront quant à eux opposés à la Belgique ce lundi, mais les Samouraïs devront montrer un autre visage s'ils espèrent aller plus loin dans la compétition ! Ce soir, ils ont eu la chance de se qualifier grâce au fair-play, alors qu'ils en ont cruellement manqué en fin de partie... Tout un paradoxe.

La note du match : 3/10

Il ne faut pas se mentir, la première période de cette rencontre a été catastrophique. Entre des Japonais séduisants depuis le début du Mondial et des Polonais déjà éliminés, on pouvait s'attendre à mieux. C'est la faute, en partie, du sélectionneur des Samouraïs, qui avait choisi de mettre six titulaires sur le banc pour ce match. On pensait que le Japon allait tenter de gagner pour assurer sa qualification, mais les Asiatiques ont préféré les calculs d'apothicaires. Logiquement, cela a eu un impact sur la qualité de la rencontre, même s'il y a eu un léger réveil après l'ouverture du score polonaise. Au final, nous avons eu droit à une partie quasi-soporifique, et très pauvre en occasions franches et en gestes de classe. Les dix dernières minutes ont même tourné à la mascarade, avec des Samouraïs qui se contentaient de passes latérales ou vers l'arrière pour ne pas encaisser un but supplémentaire et des Polonais on ne peut plus attentistes.

Les buts :

- Sur un coup franc polonais aux trente mètres, Kurzawa cherche et trouve Bednarek dans la surface. Étrangement seul, le défenseur central crucifie Kawashima du droit (0-1, 59e).

Les NOTES des joueurs

Maxifoot a attribué une note (sur 10) commentée à chaque joueur.

L'homme du match : Rafal Kurzawa (7/10)

Vous n'avez jamais vu un Kurzawa réussir des centres ? Il fallait regarder le Polonais Rafal ce jeudi face au Japon. Tout d'abord, le milieu gauche a réussi bon nombre de ses centres et corners, dont un très important pour Bednarek, auteur de l'ouverture du score. Rafal Kurzawa a également effectué un énorme travail défensif sur son côté, en empêchant le Marseillais Hiroki Sakai de faire les montées offensives dont il raffole tant. Si la Pologne ne sort pas par la petite porte de cette Coupe du monde, c'est en grande partie grâce à lui. Remplacé à la 80e minute par Slawomir Peszko (non noté).

JAPON :

Eiji Kawashima (6) : le portier japonais a parfaitement entamé la rencontre avec une énorme parade sur sa ligne après une belle tête de Grosicki. Il a ensuite repoussé l'échéance en sortant bien dans les pieds de Lewandowski, mais il ne peut rien sur le but de Bednarek, étant donné que le défenseur le fusille à bout portant.

Hiroki Sakai (5) : un match très compliqué pour le latéral droit. Défensivement, on l'a senti très appliqué dans le premier acte mais un peu dépassé lors du second. Offensivement, le bon travail défensif de Kurzawa l'a empêché de monter à sa guise. Le Marseillais devra élever son niveau de jeu en huitièmes.

Maya Yoshida (6) : si l'on devait résumer son match au marquage individuel de Lewandowski, Yoshida aurait récolté une meilleure note. En effet, il a parfaitement bloqué l'attaquant du Bayern Munich, et il le gêne bien sur sa seule occasion. En dehors de ça, le défenseur central japonais a contré plusieurs frappes qui auraient pu être dangereuses, mais il a beaucoup souffert en seconde période sur les rares offensives polonaises.

Tomoaki Makino (5) : en temps normal, Makino est remplaçant. Et on comprend mieux pourquoi au vu de sa piteuse qualité de relance. Le défenseur central japonais n'a pas souvent réussi à trouver ses milieux ou ses attaquants sur ses longs dégagements. Sur corner, il s'est fait plaisir en tentant un retourné acrobatique qui est, malheureusement pour lui et pour le spectacle, passé à côté du cadre.

Yuto Nagatomo (4,5) : le latéral gauche japonais est beaucoup monté lors du premier quart d'heure, mais il a totalement arrêté son travail offensif par la suite. Défensivement, il a laissé beaucoup trop d'espace à Grosicki et les actions franches polonaises viennent toutes de son côté. À l'instar de Sakai, Nagatomo devra se reprendre en huitièmes de finale.

Hotaru Yamaguchi (5) : ses contrôles de balle ont tous été catastrophiques pendant les dix premières minutes de jeu, et ce n'est pas idéal pour entamer une rencontre aussi décisive. Par la suite, le milieu de terrain japonais s'est repris, sans pour autant être transcendant.

Gaku Shibasaki (5) : à l'instar de son compère du milieu de terrain, Shibasaki est loin d'avoir fait un grand match. Il a fait dans le classique, en restant plutôt sobre offensivement mais très actif à la récupération du ballon.

Gotoku Sakai (4) : l'ailier droit japonais avait une chance en or de prouver à son sélectionneur qu'il n'est pas qu'un simple remplaçant, mais il ne l'a pas saisie. Au final, Sakai aura été plutôt transparent sur son côté droit, même s'il s'est signalé en seconde période avec un contrôle de balle magnifique en pleine surface. Évidemment, il n'a pas réussi à enchaîner derrière…

Yoshinori Muto (4,5) : auteur de la première frappe cadrée du match, Muto n'aura pas réussi à enchaîner sur l'ensemble de la rencontre. L'attaquant japonais était bien trop esseulé aux avant-postes pour espérer être dangereux. Son entente avec Sakai, Okazaki ou Usami a été inexistante. Remplacé à la 82e minute par Mako Hasebe (non noté).

Takashi Usami (5) : le sélectionneur japonais avait fait un choix fort en laissant l'intenable Inui sur le banc au profit d'Usami. Un choix qui ne s'est pas avéré payant. Face à la Pologne, l'ailier gauche a beaucoup tenté mais n'a pas souvent réussi ce qu'il entreprenait. Certains de ses centres auraient toutefois pu être dangereux si ses coéquipiers s'étaient montrés plus précis. Défensivement, il a fait le boulot en comblant les espaces laissés par Nagatomo. Remplacé à la 65e minute par Takashi Inui (non noté), qui n'a pas réussi à entrer dans son match.

Shinji Okazaki (4,5) : une bonne tête dans le premier quart d'heure et puis… Plus rien. L'attaquant japonais a fait de son mieux pour être disponible auprès de ses partenaires, mais ces derniers ne l'ont pas souvent trouvé. Okazaki s'est malheureusement blessé en début de seconde période, et a cédé sa place à Yuya Osako (4,5), transparent pendant quarante-cinq minutes.

POLOGNE :

Lukasz Fabianski (6) : très vite sollicité par Muto dans les cinq premières minutes de jeu, Fabianski est rapidement entré dans son match. Le problème, c'est qu'en dehors de cette parade, le portier polonais n'a pas eu grand-chose à faire. Sur les rares frappes cadrées par les Japonais, il était présent.

Bartosz Bereszynski (5,5) : le latéral droit polonais n'a pas été avare en efforts offensifs aujourd'hui. Malheureusement pour lui, son coéquipier Grosicki n'avait visiblement pas très envie de lui passer le ballon. Défensivement, il a fait le travail en bloquant bien Usami puis Inui.

Kamil Glik (6,5) : il s'agit du premier «clean sheet» de la Pologne dans cette Coupe du monde, et Glik y est pour quelque chose. Le défenseur monégasque n'a laissé aucune chance aux attaquants japonais en prenant tous les ballons de la tête. Après une parade de Fabianski, il a également su se montrer vigilant pour dégager le ballon alors que Muto rôdait.

Jan Bednarek (7) : son match n'a pas très bien commencé. Au quart d'heure de jeu, le défenseur central a récupéré un ballon au poteau de corner avant de le rendre immédiatement à un Japonais en pleine surface ! Heureusement pour lui, ce dernier n'a pas réussi à enchaîner. En dehors de cette action, Bednarek a su se montrer solide défensivement et c'est lui qui offre la victoire à son équipe en reprenant bien une offrande de Kurzawa.

Artur Jedrzejczyk (5,5) : à l'instar du latéral droit, le latéral gauche polonais n'a pas non plus réussi à exister offensivement. Aujourd'hui, Jedrzejczyk s'est contenté de défendre et il n'a pas eu trop de mal à le faire face à un Gotoku Sakai inexistant.

Grzegorz Krychowiak (6,5) : le dernier match de cette Coupe du monde aura été le bon pour Krychowiak. Certes, le Parisien a encore beaucoup de déchet dans son jeu au niveau de la relance, mais cela ne s'est pas trop vu aujourd'hui, et il a brillé à la récupération ou dans les airs face aux petits gabarits japonais.

Jacek Góralski (6) : sérieux et appliqué tout au long de la rencontre, le milieu défensif polonais a fait son match, sans plus. Il s'est signalé en bloquant de nombreuses offensives japonaises et son pressing de tous les instants a beaucoup gêné les Samouraïs.

Kamil Grosicki (6,5) : si Grosicki avait davantage combiné avec son latéral, il aurait pu récolter une meilleure note. C'est tout le problème de l'ailier droit polonais : il a les qualités pour se montrer dangereux, mais il fait rarement les bons choix dans les zones de vérité. L'ancien Rennais aurait tout de même pu être crédité d'un but de la tête sans un arrêt exceptionnel de Kawashima, et d'une passe décisive si Lewandowski n'avait pas vendangé son centre parfait en seconde période.

Piotr Zielinski (5,5) : face aux Japonais, le sélectionneur Adam Nawalka avait mis Zielinski dans les meilleures conditions en le plaçant au coeur du jeu. Malheureusement, le joueur de Naples n'a jamais vraiment réussi à peser sur cette rencontre. Il s'est signalé en première période avec un centre parfait pour la tête de Grosicki, sans enchaîner par la suite. Remplacé à la 79e minute par Lukasz Teodorczyk (non noté).

Rafal Kurzawa (7) : voir commentaire ci-dessus.

Robert Lewandowski (4,5) : la star polonaise a beaucoup décroché pour toucher le ballon, mais on l'a rarement senti dans le rythme de la rencontre. Il avait pourtant l'air on ne peut plus motivé au moment des hymnes nationaux, mais il n'a pas réussi à retranscrire son envie sur le terrain. Il manque notamment une occasion énorme de 2-0 sur un centre millimétré de Grosicki. De son duel avec Yoshida, on peut dire que Lewandowski sort perdant, alors qu'on attend tellement du serial-buteur qu'il est... Le Polonais termine son Mondial comme il l'avait commencé, par la petite porte...

Et pour vous, quels ont été les meilleurs et les moins bons joueurs du match ? Réagissez dans la zone de "commentaires" ci-dessous !

JAPON 0-1 POLOGNE (mi-tps: 0-0) - CdM 2018 - 1er tour, Groupe H / 3e journée
Stade : Volgograd Arena - Arbitre : Janny Sikazwe

Buts : - J. Bednarek (59e) pour POLOGNE
Avertissements : T. Makino (66e), pour JAPON

JAPON : E. Kawashima - H. Sakai, M. Yoshida, T. Makino, Y. Nagatomo - H. Yamaguchi, G. Shibasaki - G. Sakai, Y. Muto (M. Hasebe, 82e), T. Usami (T. Inui, 65e) - S. Okazaki (Y. Osako, 47e)

POLOGNE : L. Fabianski - B. Bereszynski, K. Glik, J. Bednarek, A. Jedrzejczyk - G. Krychowiak, J. Góralski - K. Grosicki, P. Zielinski (L. Teodorczyk, 79e), R. Kurzawa (S. Peszko, 80e) - R. Lewandowski

Kawahsima a parfaitement entamé la rencontre en arrêtant sur sa ligne une belle tête de Grosicki.

Bednarek a ouvert le score en seconde période, en fusillant Kawashima à bout portant (0-1, 59e).

Kurzawa, auteur de la passe décisive pour Bednarek, a été l'homme de cette rencontre soporifique.

Le milieu gauche polonais a également réalisé un énorme travail défensif face à Sakai.

À l'instar de ses premiers matchs, Lewandowski n'a pas réussi à élever son niveau de jeu face au Japon.

Nagatomo, comme l'ensemble de son équipe, devra montrer un autre visage en huitièmes de finale...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique MONDIAL 2018


Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Sondage Maxifoot
Constituez votre meilleur onze 2019 ! Quel gardien ?

Alisson (Liverpool)
Ederson (Manchester City)
Jan Oblak (Atletico)
André Onana (Ajax)
Marc-André ter Stegen (Barcelone)
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents


Liens de la rubrique MONDIAL 2014


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2
carton jaune, 66e5Makino
>remplacé par Hasebe, 82e4,5Muto
>remplacé par Inui, 65e5Usami
>remplacé par Osako, 47e4,5Okazaki
6,5Glik
but, 59e7Bednarek
>remplacé par Teodorczyk, 79e5,5Zielinski
>remplacé par Peszko, 80e7Kurzawa


MASQUER LA PUB