Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

Top Déclarations : l'excuse incroyable de Ranieri, les "connards" du LOSC, Andresinho Iniesta, Eyraud clashe Aulas...

Par Romain Rigaux - Top Declarations, Mise en ligne: le 28/04/2018 à 09h00
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

L'excuse incroyable de Ranieri, Campos insulte les joueurs du LOSC, Andresinho Iniesta, Eyraud s'en prend à Aulas, Klopp dézingue WBA, Halilhodzic traité «comme de la merde» , Wenger laisse Mourinho seul... Découvrez les phrases choc de la semaine.

Top Déclarations : l'excuse incroyable de Ranieri, les
Ranieri a donné des excuses étonnantes cette semaine.

Chaque samedi, Maxifoot vous propose de faire le tour des dix déclarations de la semaine qu'il ne fallait pas manquer. Du sérieux et du moins sérieux pour connaître le meilleur des petites phrases des acteurs du ballon rond. Découvrez le classement de toutes les déclarations qui ont fait les choux gras de la presse cette semaine.

1. Claudio Ranieri - «J'étais en train d'y aller, mais mon chauffeur s'est trompé de route. Quand je suis arrivé près du pavillon où était organisée la fête, il y avait trop de voitures. Nous sommes arrivés du mauvais côté et on n'a pas pu y accéder donc je lui ai dit d'aller directement à l'aéroport pour prendre l'avion. (...) Oui j'étais à Londres ce week-end car j'ai eu un dégât des eaux à mon appartement. Le plombier arrivait le samedi matin» (Conférence de presse, le 26/04/2018)

Pour expliquer son absence à la fête des 75 ans du FC Nantes et son voyage à Londres, l'entraîneur nantais a fait fort...

2. Luis Campos - «C'est une honte. Nous sommes des connards. Il faut une réaction contre Metz à la hauteur des enjeux. Que chacun prenne ses responsabilités !» (L'Equipe, le 23/04/2018)

Le conseiller du président lillois Gérard Lopez n'a pas du tout apprécié la lourde défaite à Marseille (1-5)...

3. Sergio Ramos - «Si Andrés (Iniesta) s'appelait Andresinho, il aurait deux Ballons d'Or. Nous sommes tous coupables, nous valorisons peu ce qui est chez nous et trop ce qui est de l'extérieur» (Presse espagnole, le 26/04/2018)

En 2010, Iniesta a terminé 2e du Ballon d'Or derrière Lionel Messi. 3e en 2012, il était devancé par Messi et Cristiano Ronaldo.

4. Jacques-Henri Eyraud - «Je note que tous mes prédécesseurs ont eu un problème avec Jean-Michel Aulas. Cela veut peut-être dire que le problème, c'est Jean-Michel Aulas. (...)Etre un grand dirigeant ne permet pas de brandir un fumigène parce qu' "on est dans son stade" . Etre un grand dirigeant n'autorise pas un de ses joueurs (Marçal) à mettre la main sur un arbitre sans être sanctionné (lors de Caen-OL). C'était là une scène incroyable. Etre un grand dirigeant n'excuse pas l'attitude d'un joueur qui brandit son maillot à plusieurs reprises face aux supporters ou aux joueurs adverses. (...) Ce que je note en tout cas, c'est que les membres de la commission de discipline se lèvent plus prestement pour saluer le président de Lyon que celui de l'Olympique de Marseille quand il rentre dans la pièce. Le privilège de l'âge, je présume» (La Provence, le 27/04/2018)

Le président de l'OM s'attaque à l'attitude de Jean-Michel Aulas et son influence au sein de la Ligue après l'audition de mardi devant la Commission de discipline de la LFP pour les échauffourées de la fin du match Marseille-Lyon (2-3).

5. Jürgen Klopp - «Je n'étais pas content de la pelouse, comme vous pouvez l'imaginer. A West Brom, le ballon est constamment dans les airs donc ils n'ont pas besoin d'une pelouse humide. C'est comme ça, il faut faire avec. L'an prochain, ils pourront jouer au football sur un terrain sec… en Championship, voilà tout» (Conférence de presse, le 22/04/2018)

Un joli tacle appuyé de l'entraîneur de Liverpool après le nul (2-2) de son équipe contre West Bromwich Albion.

6. Vahid Halilhodzic - «Je viens toujours avec grand plaisir au Japon, mais pas cette fois, dans cette situation particulière. Je suis dans le football depuis 45 ans, c'est le moment le plus difficile de ma carrière. Je ne comprends rien à ce qu'il s'est passé, je suis venu chercher la vérité. Ils m'ont vraiment traité comme de la merde, ils m'ont jeté à la poubelle» (Presse japonaise, le 23/04/2018)

Démis de ses fonctions de sélectionneur du Japon à deux mois du Mondial 2018, le technicien bosnien ne digère pas cette décision.

7. José Mourinho - «En partant, il (Wenger) laisse sur moi une grande responsabilité. Parce que nous sommes les deux managers les plus titrés en Premier League actuellement. En partant, il me laisse... seul, avec trois titres. Je ne crois pas qu'un autre manager en ait deux. Donc il me laisse avec cela dans les mains. Mais je pense que son héritage, son souvenir, son influence resteront dans l'histoire de la Premier League» (SFR Sport, le 27/04/2018)

Un bel hommage lorsque l'on connaît la rivalité entre les deux hommes.

8. Ronaldinho - «C'est différent, quand Mourinho te dit que tu vas être sur le banc, il faut respecter. L'autre (Luis Fernandez, ndlr), un peu moins. C'est la différence entre les deux. Je pense que Paul a vraiment beaucoup à apprendre de Mourinho, qui est l'un des meilleurs entraîneurs du monde. Un entraîneur qui a gagné autant de titres et qui a autant de connaissances, tu dois le respecter, vraiment. Dans mon cas à moi, c'est plutôt le contraire» (Canal+, le 23/04/2018)

Plusieurs années plus tard, Ronaldinho n'a toujours pas digéré le choix de son ancien entraîneur au PSG de le mettre parfois sur le banc.

9. Rolando - «J'étais complètement dans ma bulle. Apparemment, j'ai été insupportable (rires). Un stadier est venu me voir à la mi-temps pour me dire : 'Monsieur, essayez de rester assis pour les spectateurs derrière vous !'. Je me suis excusé parce que je ne pouvais pas rester en place, à la moindre action je me levais (rires). Je me suis ensuite excusé mais les supporters derrière moi étaient dans le même état, donc c'était plus cool» (Site officiel de l'OM, le 24/04/2018)

Forfait lors du quart de finale retour de la Ligue Europa contre le RB Leipzig (5-2), le défenseur central était dans le même état que tous les supporters marseillais présents dans les tribunes d'un Stade Vélodrome en fusion.

10. Jacques-Henri Eyraud - «Cette ferveur a fait l'objet de recherches. Il y a des sociologues, des ethnologues qui se sont penchés sur la question. Ça fait partie de ces phénomènes sociaux, dont on a du mal à établir la causalité. L'OM c'est un peu l'autre équipe de France. Dans le coeur des Français il y a les Bleus, et puis il y a l'OM, ça c'est assez unique. Et c'est notre chance, celle qui va porter les joueurs ce soir et bien au-delà du stade Vélodrome» (RTL, le 26/04/2018)

L'OM a pu compter sur un grand soutien partout en France pour sa demi-finale aller de Ligue Europa remportée contre le RB Salzbourg (2-0).

C'est sur cette déclaration que se termine le Top Déclarations de la semaine. Rendez-vous dès samedi prochain pour un nouveau numéro !







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez



 
 

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Sondage Maxifoot
Avec son début de saison raté (6 points en 6 journées), Monaco est-il toujours un candidat sérieux au podium en Ligue 1 ?

OUI
NON

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Les VIDEOS populaires du moment



Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2
L'effectif de rêve
RUSSIE
2018


MASQUER LA PUB