Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Barcelone sur son nuage
Par Benjamin Contant - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 26/04/2006 à 23h37
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Après une double confrontation de haute lutte, le FC Barcelone est venu à bout du Milan AC et s'ouvre les portes du Stade France. Les Catalans ont assuré le retour à domicile (0-0) après leur courte victoire du match aller et défieront Arsenal en finale de la compétition.

Les enjeux de la rencontre

Barcelone-Milan AC. L'affiche pourrait constituer une grande finale de Ligue des Champions mais l'une de ces deux équipes n'aura pas le privilège d'évoluer sur la pelouse du Stade de France le 17 mai prochain. Les affaires semblent bien mieux engagées pour le Barça, vainqueur (1-0) à l'aller sur le terrain des Milanais. Pour les Blaugrana, se hisser jusqu'en finale prouverait que l'officieux label de «plus beau football d'Europe» n'est pas incompatible avec la collection de trophées continentaux. Une prouesse qu'a accomplie le Milan six fois dans histoire, manquant de peu la septième la saison passée face à Liverpool dans la finale dramatique d'Istanbul. Le Barça n'a malgré sa renommée internationale remporté la compétition qu'une seule fois dans son histoire (1992). Ronaldinho et sa troupe ont donc d'autant plus l'occasion de marquer l'histoire du club et impressionner encore un peu plus l'Europe du football. Un public du Nou Camp déchaîné, des Rossoneri contrariés (absence de Nesta, Kàkà et Shevcehnko touchés le week-end dernier mais finalement présents), le Barça semble avoir l'ascendant au moment d'aborder ce match retour sur ses adversaires. Les matchs charnière se fin de saison s'accumulent et la condition physique sera primordiale pour la rencontre, le Barça n'a pas joué le week-end dernier en Liga pour cause d'intempéries mais est quasiment assuré de conserver son titre de Champion d'Espagne alors que les Milanais courent toujours en Championnat derrière la Juventus de Turin avec l'espoir de les coiffer sur le poteau. La rencontre entre les deux meilleures attaques de la compétition promet toutefois d'être indécise et Arsenal s'attend dans tous les cas à tomber sur un grand favori de la compétition en finale.

Les faits marquants de la rencontre

- Le Milan dangereux d'entrée ! Enorme oubli de la défense barcelonaise côté gauche et Kàkà est lancé en profondeur. De l'aile droite, le Brésilien repique et sa frappe croisée frôle le montant de Valdés (1').

- Réponse du Barça dans un début de match échevelé. Giuly sur la droite transmet à Iniesta dans l'axe. Le milieu glisse vers Eto'o dans la surface qui crochète Kaladze mais sa frappe du gauche est contrée par une sortie autoritaire de Dida (2').

- La défense du Milan relance laborieusement et Costacurta perd le ballon. Eto'o s'en empare dans l'axe aux vingt mètres, fonce vers les buts adverses, contourne Dida sur la gauche mais Costacurta se rattrape en venant contrer le ballon (16').

- Ronaldinho se montre enfin dans cette rencontre. Iniesta transmet avec beaucoup de combativité sur la ligne médiane et Ronnie de la gauche s'avance sans être attaqué et arme finalement une frappe de 25 mètres puissante qui passe juste au dessus (20').

- Le Barça peine pour cadrer. Eto'o donne à Deco dans l'axe qui arme des vingt mètres une frappe puissante du gauche qui passe juste au desus de la transversale de Dida (39').

- Une nouvelle fois, le Milan commence fort. Seedorf sur la droite de la surface enroule un centre vers le second poteau et la tête plongeant de Shevchenko mais Valdés se couche pour capter cette reprise (49').

- Peut être le tournant de la rencontre. Sur un long ballon dans la surface, Shevchenko place une tête hors de portée de Valdés. L'arbitre siffle immédiatement en estimant que l'international ukrainien a commis auparavant une faute sur Puyol (69').

- Larsson tout près de signer son entrée en jeu ! Eto'o côté gauche centre dans la surface et Larsson à bout portant reprend d'une tête plongeante mais Dida repousse avec brio (75') !

- Serginho pour la frappe de la dernière chance. Sur un ballon renvoyé par la défense du Barça, le latéral brésilien reprend de demi-volée du gauche à vingt mètres mais la frappe tendue passe assez largement à côté du poteau droit de Valdés (90+1').

La prestation de Barcelone

Souvent encensé par la qualité de son jeu, le Barça va avoir l'occasion d'affirmer sa domination sur l'Europe du football. Il ne faut toutefois pas s'y méprendre. Les Catalans se hissent en finale après une double confrontation avec les Milanais remportée au forceps. Meilleure attaque de la compétition, le Barça est resté muet pour cette rencontre décisive à domicile. Les jambes se font lourdes en cette fin de saison et les mouvements à une touche de balle à l'entrée de la surface répétés sans succès en première période se sont faits beaucoup plus rares par la suite. Les espaces laissés par des adversaires dans l'obligation de marquer n'ont pas été exploités et la fin de rencontre a surtout été marquée par un succession de tentatives d'exploits individuels, de la part de Ronaldinho notamment. Si les Catalans ont impressionné sur cette double confrontation, c'est bien par leur densité physique au milieu et une défense beaucoup plus rigoureuse que l'an passée, des qualités déjà entrevues lors des huitièmes face à Chelsea. Une base solide en plus d'un jeu offensif flamboyant et technique qui causera sûrement bien des soucis à Arsenal en finale.

Valdés a su répondre présent sur les rares tirs cadrés du Milan. Des relances au pied imprécises. Belletti s'est montré prudent et n'a pas abusé des montés. Rassurant. La charnière Puyol-Marquez a réalisé un travail remarquable. Le premier a maîtrisé Shevchenko alors que le second a défendu et relancé avec beaucoup de classe, sans commettre de fautes. Giovanni a connu quelques errements défensifs mais a dans l'ensemble réalisé un match correct. Au milieu, Iniesta a impressionné. Avec un Deco revenant de suspension et en petite forme, le jeune barcelonais a pris le relais en se montrant combatif et technique au milieu de terrain. Une grosse activité, tout comme Edmilson, dans un rôle plus défensif et sans déchet. Giuly a touché un grand nombre de ballons et s'est procuré de nombreuses occasions, sans succès. Sorti sous les ovations du Nou Camp qui n'a pas oublié son but du match aller. Le Français a souvent été servi en première période par un Eto'o très disponible et au service de son équipe mais qui aura finalement peu d'occasions à son actif. Ronaldinho a tenté de prendre le jeu de son équipe à son compte en fin de match mais ses percées balle au pied ont été stoppées par une défense milanaise attentive.

La prestation du Milan AC

Des regrets pour les Milanais. Après la défaite en finale contre Liverpool la saison passée, les Rossoneri n'auront pas l'occasion de prendre leur revanche au Stade de France. Les visiteurs ont réalisé un bon match au Nou Camp mais la défaite à domicile au match aller leur a été fatale. Pourtant, le Milan a détenu majoritairement le ballon (52%), un exploit face aux Barcelonais qui avaient pris l'habitude aux tours précédents de le confisquer à leurs adversaires. Dans l'utilisation, il a sans doute manqué un peu de fraîcheur aux Italiens pour espérer faire réellement la différence. La course au Scudetto laisse des traces ainsi que l'âge avancé des cadres de l'effectif. Kàkà et Shevchenko présents mais diminués physiquement, c'est tout le Milan qui boitait. La défense qui pouvait inquiéter en début de match au vu de sa lenteur a finalement tenu le choc en se montrant solidaire. L'expérience des Rossoneri leur a permis de ne pas s'affoler et ne pas prendre de risques inconsidérés, même en fin de rencontre alors qu'ils se trouvaient toujours dans l'obligation de marquer. Un grain de folie qui manquait sûrement mais les organismes sont moins réactifs en cette fin de saison. Après avoir jeté toutes leurs forces dans la bataille, ce sont surtout les occasions manquées du match aller qui laisseront le plus de regrets aux Milanais.

Dida s'est montré vigilant sur coup de pied arrêté et préservé les chances de son équipe en fin de rencontre face à Larsson. En vain. Stam pallie les absences sur le côté droit de la défense mais son grand gabarit n'est pas vraiment l'idéal pour déborder offensivement et rivaliser à la course sur les ailiers adverses. Rarement pris en défaut malgré cela. Costacurta et Kaladze ont semblé à la peine en début de rencontre mais leur manque de vivacité a ensuite été compensé par une belle complicité. Serginho n'était pas dans un grand soir. Des oublis défensifs en première période et une prise de risques offensifs minimale en seconde. Etonnant de sa part. Pirlo n'a pas vraiment pesé sur le jeu de son équipe. Essoufflé. Gattuso s'est une nouvelle fois montré très combatif mais son travail de sape sur Ronaldinho l'a limité offensivement et épuisé. Seedorf a été le seul au milieu a jouer le relais avec la ligne offensive. Kàkà y a été très discret malgré une position très haute sur le terrain. A finalement assez peu provoqué balle au pied. Shevchenko a beaucoup décroché pour proposer des solutions et a délaissé la surface adverse. Un nombre minimal d'occasions. Inzaghi a été pour son retour beaucoup moins à l'aise qu'au tour précédent. Une grande partie du match à attendre dans les seize mètres des ballons qui ne sont pas venus.

Barcelone – Arsenal, la finale de la Ligue des Champions promet. Une superbe affiche et un duel passionnant à venir entre Ronaldinho et Henry. Le Milan suivra de loin cette rencontre et peut de nouveau nourrir des regrets dans cette compétition après sa désillusion de l'an passé mais la défaite à domicile de l'aller était un handicap trop lourd pour une équipe diminuée physiquement.


FC Barcelone – Milan AC 0-0 (0-0)
Stade : Nou Camp
Arbitre : Mr Merk

Les équipes

FC Barcelone : Valdés – Belletti, Puyol (cap), Marquez, Giovanni – Deco, Edmilson, Iniesta – Giuly (Larsson, 68’), Eto’o (Van Bommel, 88’), Ronaldinho

Milan AC : Dida – Stam, Costacurta (cap) (Cafu, 63’), Kaladze, Serginho – Gattuso (Rui Costa, 67’), Pirlo, Seedorf – Kàkà – Shevchenko, Inzaghi (Gilardino, 80’)



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Quel adversaire souhaitez-vous en priorité pour le PSG en 8es de Ligue des Champions ?

Chelsea
Dortmund
Atletico Madrid
Naples
Tottenham
Atalanta
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB