Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Giuly, une première en or
Par Alix Dulac - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 18/04/2006 à 23h48
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Bousculé par une solide équipe de Milan, c'est finalement le Barça qui sort victorieux du premier acte de ce match de «titans» (0-1). Les Catalans ont pu s'appuyer sur une qualité technique supérieure, symbolisée par un joli but de Ludovic Giuly, pour quitter San Siro avec le sourire. Un premier but en C1 cette saison pour le Français qui pourrait valoir cher dans huit jours au Camp Nou et propulse presque les siens vers la pelouse du Stade de France.

Les coulisses du match

«C'est un match entre deux grands clubs. Avec le Barça, Milan est l'équipe qui pratique le plus football d'Europe» . Voilà, le décor est planté. A sa manière, l'entraîneur milanais Carlo Ancelotti a présenté sur le site officiel de l'UEFA le choc de ces demi-finales de Ligue des Champions, la confrontation entre «son» Milan et le FC Barcelone. Habitué du dernier carré de la C1 qu'il a atteint à trois reprises sur les quatre dernières saisons, le club lombard, avec ses six victoires finales dans cette compétition, fait office d'épouvantail comparé à l'unique trophée glanée en 1992 par son adversaire. Peu importe l'historique, seul le terrain déterminera qui des deux clubs est cette saison supérieure à l'autre. C'est ce qu'ont déjà compris les supporters milanais. Selon le journal italien le «Corriere Delle Sera» , près de 76 858 billets ont trouvé preneurs. Milan, qui reste sur vingt-cinq matchs sans défaite dans son antre, aura des arguments à faire valoir. Dans ses rangs, le meilleur buteur de l'épreuve et ancien Ballon d'Or, l'Ukrainien Andriy Shevchenko – 9 buts -. Inzaghi fiévreux, l'ancien joueur du Dinamo Kiev aura à ses côtés Alberto Gilardino, bien décidé à déflorer un compteur toujours vierge en C1.

Si Milan a Shevchenko, Kakà, Seedorf ou encore Pirlo, le Barça n'est assurément pas en reste. La formation de Frank Rijkaard, si elle est toujours privée de Messi, pourra s'appuyer sur Ronaldinho, en délicatesse ces dernières semaines avec des problèmes musculaires. Le Brésilien, deuxième meilleur buteur de la compétition (sept buts) et Ballon d'Or France Football 2005, aura à ses côtés Ludovic Giuly afin d'animer une attaque de feu avec le Camerounais Samuel Eto'o (cinq réalisations). Donc, pas de complexe à avoir. «Milan est une équipe très expérimentée, bien organisée, et sera favorite à domicile. Pourtant ce statut ne signifie rien. Il faut toujours démontrer sur le terrain qu'on est le meilleur. Les Milanais ont montré qu'ils étaient difficiles à battre mais nous serons là pour jouer et obtenir un résultat positif» , confie le guide des Blaugrana, Frank Rijkaard. Deco suspendu, c'est le trio Iniesta-Edmilson-Van Bommel qui sera chargé de récupérer le ballon et de le transmettre vite vers l'avant vers son attaque à trois flèches.

Les faits marquants de la rencontre

- Grosse frayeur du côté du Barça. Marquez se fait prendre de vitesse par Gilardino et ne peut qu'assister à la frappe de l'international italien qui finit…sur le poteau de Valdes (14').

- Coup franc aux vingt-cinq mètres excentré côté droit en faveur du Milan. Pirlo se charge de le tirer. Sa frappe flottante meurt peu à côté du poteau droit de Valdes (35').

- Une deux trois entre Eto'o, Ronaldinho et Giuly. L'international français est le dernier servi et sa frappe du droit dans la surface milanaise finit dans les gants de Dida (38').

- On se précipite du côté de la défense milanaise. Du coup, la relance est mauvaise et Ronaldinho en profite pour décaler Eto'o aux dix-huit mètres. Le meilleur buteur de la Liga a beau se mettre sur son pied droit, il manque complètement sa frappe (45').

- Gilardino rate l'immanquable ! L'international italien est à la conclusion d'un mouvement amorcé par Shevchenko parti à la limite du hors-jeu. L'Ukrainien remise pour Kakà qui trouve Gilardino au deuxième poteau. L'ancien Parmesan loupe complètement le cadre (50').

- BUT de Giuly pour le Barça ! Ronaldinho ne parvient pas à éliminer Gattuso. Finalement, le Brésilien choisit le centre plein axe pour Giuly. Plus vif que Nesta et Kaladze, l'international français trompe Dida d'une belle volée du gauche qui finit dans sa lucarne droite (57', 0-1).

- Ronnie manque le chaos ! Seedorf, bien pressé par Giuly, perd le ballon. Le joueur tricolore transmet le cuir à Ronaldinho. Le contre va très vite. Le Brésilien profite des solutions offertes par Giuly et Eto'o pour tenter sa chance. Son tir pied droit rebondit sur le poteau droit de Dida avant de sortir (65').

- Les choses se corsent pour le Milan. Les Catalans ont confisqué le cuir aux joueurs lombards. Une-deux Iniesta-Eto'o plein axe. L'Espagnol arme ensuite une frappe pied droit à l'entrée de la surface sur laquelle Dida se couche bien (66').

- Ronaldinho fait une ouverture lumineuse par-dessus Stam pour Eto'o. Le Camerounais élimine le Néerlandais et voit sa frappe passée assez loin du cadre de Dida (76').

- Milan manque de peu l'égalisation. Ambrosini, bien servi dans la surface et face à Valdes, loupe complètement sa frappe pied droit (80').

- Coup franc de Ronaldinho aux vingt-cinq mètres, légèrement excentré côté gauche. La frappe du Brésilien flirte avec la transversale de Dida (82').

- Corner milanais. Tête décroisée de Maldini sur laquelle Valdes plonge bien (88').

- Dernière frayeur pour le Barça. Kakà, à l'entrée de la surface, frappe au but. Son tir ne passe pas loin du poteau droit de Valdes (90').

La prestation de Milan

Milan, l'anti-Barça ? La question pouvait se poser, du moins en première période, tant les Milanais ont posé des soucis à l'élaboration du jeu catalan. Dans un schéma en 4-3-1-2 permettant à Kakà, en position de neuf et demi, de filer entre les lignes, le club lombard a parfaitement bloqué son adversaire, lui confisquant dans un premier temps le ballon et se créant ensuite quelques belles opportunités. Seulement voilà, au fil des minutes, Milan a laissé le Barça reprendre ses esprits. Incapable de punir les Espagnols lors de ses temps forts – n'est-ce pas Gilardino ? – les Italiens ont peu à peu cédé du terrain à leurs adversaires. Terrible erreur puisque c'est à ce moment précis que le Barça a fait mouche. Derrière et malgré quelques munitions complètement gâchées, Milan a souffert chez lui face à des Blaugrana relâchés. Invaincue sur sa pelouse de San Siro depuis le début de l'épreuve, la formation de Carlo Ancelotti a pris une bien mauvaise option dans la course à la victoire finale en C1, objectif avoué des Rossoneri cette saison.

Dida a eu beau se chauffer les gants sur les diverses attaques barcelonaises, il n'a rien vu venir sur le but de Giuly, comme sa paire Nesta-Kaladze d'ailleurs. A fait oublier tout de même sa laborieuse prestation face à l'OL. Serginho a connu des soirs meilleurs sur le plan offensif. Stam, malgré son envie dans les duels, a souffert autant devant Eto'o que devant Ronaldinho. Rayonnant et tranchant en début de partie, le trident défensif milanais Gattuso-Pirlo-Seedorf a décliné au fil des minutes. Le premier n'a jamais vraiment résolu le cas Ronaldinho. Le deuxième a, tout comme face aux Lyonnais, brillé par sa discrétion malgré un joli coup franc. Le troisième a été fidèle à lui-même : travailleur, disponible – quelle qualité technique ! – sans pour autant se révéler décisif. Le triangle Kakà, Shevchenko-Gilardino a quelque peu déçu. Surtout en raison de la prestation de l'international italien, maladroit devant le but et peu utile dans le jeu de son équipe. Quant aux deux autres, ils ont couru, combiné, offert des solutions… sans parvenir à marquer ce but qui aurait probablement changé la donne de la rencontre.

La prestation du Barça

Ils ont souffert tout de même. Habitués à tenir le ballon, les Barcelonais ont du prendre leur mal en patience face à une équipe milanaise hautement plus technique et complète – sans vouloir porter injure à qui que ce soit – que ses derniers adversaires rencontrés en phase finale. Solides dans l'ensemble malgré une première période compliquée, les Blaugrana ont surtout dominé par séquences. Et quelles séquences ! La qualité technique promise par celles-ci a fini par être récompensée. Dominateurs pendant près d'une demi-heure en deuxième période, les Espagnols ont réussi à prendre l'avantage, un avantage finalement décisif. Ensuite, le reste est désormais classique du côté du groupe de Frank Rijkaard : confiscation du ballon à son hôte, contres rondement et rapidement menés, quelques frayeurs défensives. Ce soir, le Barça a fait un grand pas vers la pelouse du Stade de France.

Après quelques minutes difficiles, Victor Valdes a surtout vu les occasions milanaises fuir son cadre. Mais le portier catalan a sué jusqu'au bout, conservant sa concentration comme le prouve sa détente horizontale sur une tête de Maldini. Valdes n'a pas été le seul à souffrir en fin de match, sa défense, plus solide que l'an passé, a connu des difficultés sur les attaques placées lombardes. Bousculé par l'organisation tactique des Milanais, l'entrejeu espagnol a mis du temps à prendre ses marques. Ce fut le cas de Ronaldinho, tout simplement énorme en deuxième période. Bien aidé par l'abattage du duo Van Bommel-Edmilson, par la technique tout en finesse d'Iniesta, le Brésilien a pu accélérer et conserver le cuir, rendant fou les Gattuso, Seedorf et consorts. D'une géniale inspiration, il offre à Giuly un but qui illumine une prestation du Français assez terne ce soir. Pas toujours en réussite dans ses dribbles et dans ses choix, l'international tricolore a en tout cas mis sa formation dans de bonnes dispositions - en ouvrant son compteur cette saison en C1 - pour jouer la finale le 17 mai prochain à Saint-Denis. Samuel Eto'o n'a pas été en reste. Disponible, actif, le Camerounais a juste pêché ce soir dans un exercice où il excelle d'ordinaire: le réalisme.

Le Barça passait un gros test ce soir et le club catalan n'a pas failli au rendez-vous (0-1). Les partenaires de Ronaldinho ont encore prouvé qu'une fois la machine blaugrana en route, celle-ci était bien difficile à arrêter. De son côté, Milan pourra toujours maudire son manque de réalisme. Mis au pied du mur par le but de Giuly, les Lombards devront absolument marquer deux fois sans encaisser de buts dans huit jours au Camp Nou pour espérer atteindre la finale de l'épreuve. La mission promet d'être ardue…


Milan AC – FC Barcelone : 0-1 (0-0)
Stade : San Siro
Arbitre : Mr Sars
Buts : Giuly (57’)
Avertissements : Puyol (34’), Oleguer (74’), Valdes (75’) – Nesta (82’)

Les équipes :

Milan AC : Dida – Stam (Cafu, 77’), Nesta, Kaladze, Serginho – Gattuso (Ambrosini, 73’), Pirlo (Maldini, 67’), Seedorf - Kakà – Gilardino, Shevchenko.

FC Barcelone : Valdes – Oleguer (Thiago Motta, 75’), Puyol, Marquez, Van Bronckhorst – Iniesta, Edmilson, Van Bommel – Giuly (Belletti, 70’), Eto'o, Ronaldinho (Maxi Lopez, 89’).



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Tottenham a t-il fait un bon choix en signant un contrat avec Mourinho jusqu'en 2023 ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB