Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Une génération canon
Par Benjamin Contant - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 05/04/2006 à 23h41
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Surprenante équipe d'Arsenal. La saison où on les attend le moins, les jeunes Canonniers atteignent les demi-finales de la Ligue des Champions pour la première fois de l'histoire du club. Une bien triste Juventus de Turin, incapable de réagir à domicile lors de ce match retour (0-0) après la défaite de l'aller, dépose les armes face à cette génération montante aux rêves continentaux.

Une génération canon

Les enjeux de la rencontre

L'expérience contre l'insouciance de la jeunesse. Au match aller, la jeune équipe d'Arsenal a surclassé la Juventus de Turin (2-0). Pour le match retour en Italie, le tranquille leader de Serie A est condamné à l'exploit pour se qualifier. Du côté d'Arsenal, la pression aussi est grande, puisque les Londoniens, seulement cinquièmes de leur Championnat, ont l'occasion d'accéder pour la première fois de leur histoire en demi-finale de Ligue des Champions. Une occasion unique de remporter un trophée cette saison et prouver à Thierry Henry, dont les spéculations sur un éventuel départ s'accumulent, qu'Arsenal a de l'ambition. Une culture de la victoire très présente dans les rangs de la Juventus, qui se dirige vers son deuxième Scudetto d'affilée, le 28ème de son histoire, mais qui n'a plus remporté la prestigieuse compétition européenne depuis 1996 (finaliste en 1997, 1998 et 2003). Aux Turinois donc de faire la différence et inscrire au moins deux buts d ans cette rencontre pour espérer se qualifier. Pour cela, la Vieille Dame , handicapée par les absences de Vieira, Camoranesi, Zébina et Del Piero, comptera sur l'inexpérience de ses adversaires, et plus particulièrement de son arrière-garde (les quatre défenseurs d'Arsenal ont moins de 25 ans). Une pression difficile à soutenir pour de jeunes joueurs, qui seront tout de même épaulés par leur capitaine Thierry Henry. Surtout que les Turinois sont habitués à se sortir de mauvaises passes, notamment contre le Werder de Brême au tour précédent (qualification dans les dernières minutes du match retour après une défaite 3-2 à l'aller).

Les temps forts de la rencontre

- Premier tir et première occasion de la Juventus : suite à une touche côté gauche, le ballon parvient à l'entrée de la surface. Dans l'axe, Zambrotta tente alors une demi-volée du doit qui passe sur la droite des buts de Lehmann (14').

- Sur une remontée de balle ultra rapide côté droit, Fabregas envoie un ballon aérien vers Henry à l'entrée de la surface. L'international français contrôle de l'extérieur du pied en se retournant et du plat du pied gauche pour un tir capté en deux temps par Buffon (20').

- Arsenal remonte tout le terrain en quelques passes. Fabregas au milieu transmet à Hleb qui lance avec une grande précision Eboué en profondeur à droite. L'Ivoirien repique dans la surface, crochète mais est contré juste devant le but par la défense italienne pour un corner (37').

- Les Gunners sont bien décidés à contrer en seconde période. Une-deux entre Hleb et Henry au milieu de terrain, ce dernier accélère sur un long dribble pour se présenter face à Buffon. Le gardien italien sauve son équipe avec une sortie autoritaire dans les pieds (48').

- Action folle dans ce match qui s'emballe ! Nedved centre pour Trezeguet dans la surface mais le Français est trop court. Le contre part alors pour Arsenal avec Fabregas à la conclusion à dix mètres des buts adverses mais son tir puissant est repoussé par Buffon (64').

- Ibrahimovic enfin dangereux. Le Bianconeri place une frappe de vingt mètres contrée, le tir rebondit devant Lehmann qui entamait un plongeon mais le portier des Gunners évite le lob avec un beau réflexe (68').

- Lehmann imite Buffon et sort lui aussi le grand jeu ! Sur un long ballon, Ibrahimovic remise de la limite des seize mètres en retrait vers Nedved. L'ancien ballon d'or reprend alors de volée pour une frappe terrible magnifiquement repoussée par Lehmann (70').

- Belle percée de Hleb côté droit dans la surface avec un double contact sur Emerson enchaîné d'une frappe croisée qui passe juste à côté des buts de Buffon. Arsenal tout près de mettre K.O son adversaire (80').

- Nouveau contre londonien. Ljungberg s'infiltre à gauche mais pousse trop son ballon et trouve la sortie de Buffon (84').

La prestation de la Juventus

A l'occasion de ce match retour, la Vieille Dame souffrait de quelques rhumatismes. Les joueurs de la Juventus n'ont pu emballer la rencontre alors qu'ils avaient un retard de deux buts à rattraper au moment du coup d'envoi. Les locaux ont alors tenté de tenir une position haute sur le terrain, quitte à ce que parfois leur équipe semble coupée en deux, et ont manqué terriblement d'imagination et de créativité dans la moitié de terrain adverse. L'utilisation des côtés a été rare et peu fructueuse, et le danger est quelquefois venu de ballons aériens dans la surface. Un jeu collectif en berne pour la Juve qui a semblé tourner en rond malgré un bon passage en seconde période avant de baisser définitivement pavillon. Les hommes de Fabio Capello peuvent même s'estimer heureux de ne pas s'incliner à domicile et peuvent remercier leur gardien. Le Champion d'Italie en titre a offert un bien triste visage.

Buffon a sorti le grand jeu à plusieurs reprises avec des sorties de grande classe. Préserve ses cages inviolées au prix de grands efforts. Chiellini a tenté d'apporter son écho sur le côté gauche sans grande réussite. Zambrotta, son pendant à droite, a réalisé un très bon début de match avant de se faire assez discret. L'axe central Cannavaro-Kovac a souffert face à la vivacité et les provocations des attaquants adverses. Parfois dépassé sur les contres. Au milieu, Emerson a surtout défendu, plutôt correctement mais n'a pu influencer le jeu offensif de son équipe. Une influence inexistante pour Mutu, qui après un match aller décevant sur le côté gauche, rend de nouveau une copie blanche, cette fois à droite. Nedved avait faim de ballons mais s'est révélé trop bouillons et pas suffisamment soutenu. Frustré, il est exclu en fin de rencontre. Giannichedda avait la lourde tâche de remplacer Vieira, suspendu. Il réalise un match sobre sans se mettre vraiment en valeur. En attaque, Trezeguet a longtemps rodé dans la surface sans être servi. Toujours à l'affût d'un ballon qui traîne mais la réussite n'était pas de son côté. Ibrahimovic a surtout joué en déviation mais a manqué d'inspiration. Pris en grippe par le public turinois, le Suédois ne s'est pas montré très percutant et entreprenant.

La prestation d'Arsenal

Les Londoniens peuvent avoir le sourire. Tout d'abord parce que leur jeune défense n'a pas cédé à l'extérieur, passant au bout du compte un match plutôt tranquille. Aussi parce que les Gunners atteignent pour la première fois de leur histoire les demi-finales de la Ligue des Champions et une confrontation à venir contre Villarreal, adversaire largement à leur portée. L'écart de deux buts du match aller aurait même pu être bonifié sans les exploits de Buffon. Arsenal s'est en effet révélé très à son aise pour lancer des contres éclairs et porter le danger dans la surface adverse au bout de quelques passes. Un jeu bien huilé, efficace servi par des joueurs techniques et rapides. Arsenal a brillé dans l'utilisation du ballon et n'a pas montré de signes de relâchement lorsque ses adversaires se l'accaparaient. Les espaces en seconde période ont amené d'autres occasions mais les Anglais ont parfois pêché par facilité. Comment en vouloir au talent et l'insouciance de la jeunesse ? Pas de réalisme à l'Italienne mais un engagement physique britannique associé à une qualité technique latine. Arsenal séduit. Suffisant pour aller au bout cette saison ?

Lehmann a su se montrer vigilant dans les moments importants. Rassurant. Eboué est un latéral plein d'avenir. Des montées impressionnantes en première période et une présence défensive en constante progression. A gauche, Flamini n'a pas refusé le défi physique et a bataillé toute la rencontre. Très discret offensivement. L'axe Touré-Senderos a été complémentaire et appliqué dans la relance. Rarement pris en défaut. Au milieu, Fabregas représente l'avenir d'Arsenal. Une qualité de passe et une vision du jeu exceptionnelle pour ce joueur de 18 ans. Cerise sur le gâteau : une entente quasi-parfaite avec Henry. Gilberto Silva a beaucoup couru pour récupérer un nombre important de ballons. Hleb a beaucoup provoqué sur son côté droit mais a souvent pêché dans le denrier geste. A gauche, Ljungberg a paru moins en jambe et a lui aussi manqué de réalisme. En attaque, Reyes a pertubé la défense adverse avec sa qualité technique au dessus de la moyenne mais a perdu beaucoup de ballons par facilité. Moins en vue en seconde période avant de sortir. Henry a touché un nombre considérable de ballons pour peser sur la rencontre. Quelques occasions manquées, mais des dribbles et contrôles de grande classe pour le patron d'Arsenal cette saison.

Cette double confrontation des quarts de finale a rendu son verdict. L'expérience et la solidité turinoise s'incline face à la volonté et la jeunesse londonienne. A ce niveau de la compétition, l'expérience n'est pas suffisante. Il faut aussi une grande dose d'enthousiasme et de créativité. Une leçon à méditer pour la Juventus.


FICHE TECHNIQUE
Juventus – Arsenal : 0-0 (0-0)
Arbitre : Mr Fandel
Avertissements : Chiellini (41'), Nedved (70') – Flamini (19'), Reyes (38')
Expulsion : Nedved (76') Les équipes : Juventus : Buffon – Zambrotta, Cannavaro, Kovac, Chiellini (Balzaretti, 66') – Mutu (Zalayeta, 61'), Emerson, Giannichedda, Nedved – Ibrahimovic, Trezeguet Arsenal : Lehmann – Eboué, Senderos, Touré, Flamini – Hleb (Diaby, 82'), Fabregas, Gilberto, Ljungberg – Reyes (Pires, 62'), Henry
FICHE-TECHNIQUE



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
Quelle équipe allez-vous supporter en Ligue 1 cette saison ?

Paris SG
Marseille
Lyon
Lille
Saint-Etienne
Monaco
Nice
Bordeaux
Nantes
Strasbourg
Rennes
Toulouse
Montpellier
Metz
Nimes
Autre
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB