Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

Milan : la génération 87, les critiques, ses souvenirs au PSG... Ménez livre ses confidences !

Par Youcef Touaitia - Actu Italie, Mise en ligne: le 26/04/2016 à 11h12
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Blessé au dos une grande partie de la saison, l'attaquant Jérémy Ménez vit une période compliquée du côté du Milan AC. Malgré cette situation peu avantageuse, le Français garde la tête haute et s'est livré sur certains passages de sa carrière.

Milan : la génération 87, les critiques, ses souvenirs au PSG... Ménez livre ses confidences !
Ménez s'est livré à quelques révélations...

A 28 ans, Jérémy Ménez est passé par tous les états dans sa carrière. De l'explosion à Sochaux puis Monaco en passant par des périodes fastes et moins réjouissantes à l'AS Rome ainsi qu'au Paris Saint-Germain, le natif de Longjumeau dispose d'une expérience riche.

Désormais au Milan AC, où il se remet doucement d'une longue blessure au dos, le Francilien est revenu sur ses débuts aux côtés des joueurs formant la «génération 87».

J. Ménez – «on nous a rien pardonné»

Avec Karim Benzema, Hatem Ben Arfa et Samir Nasri, Ménez fait partie de ces «phénomènes» à qui l'on promettait une carrière extraordinaire. Quatre joueurs au talent incroyable nés en 1987 qui ont connu des hauts mais aussi beaucoup de bas, pour certains d'entre eux, pendant près de dix années. Au micro de l'émission J+1 sur Canal +, le Lombard a tenté d'expliquer les difficultés rencontrées par les quatre Français au cours de cette longue période.

«Nous, on nous a rien pardonné par rapport à d'autres joueurs. Je ne veux pas faire la pleureuse mais au moindre petit geste...», a lancé le Milanais, qui garde une certain amertume vis-à-vis de ses détracteurs. «On est la première génération à être sorti tôt. Tout le monde pensait qu'on allait donner l'exemple, mais on avait 17-18 ans. On n'avait pas le vécu d'un mec de 25. On n'avait même pas le permis. On ne pouvait pas assumer ça. Maintenant dix ans sont passés...», a-t-il continué, non sans un message bien ciblé à l'encontre des journalistes.

Ménez se fiche des critiques

Souvent pointé du doigt pour son comportement jugé parfois immature, l'international tricolore n'accorde désormais que peu d'importance aux critiques et n'a pas hésité à évoquer le système de notation des journalistes, très important pour certains de ses homologues. «Les critiques ? Je ne les lis pas. C'est rare de chez rare. Une note, c'est quoi ? C'est le joueur qui est pote avec le journaliste qui lui met une bonne note ? C'est ça une note, en vrai», a-t-il commenté, avant d'en remettre une couche. «Si j'avais été bien avec des journalistes, j'aurais été bien noté. Tout le monde le sait que ça se passe comme ça. Qui peut te juger ? C'est ton coach, ou toi-même», a-t-il estimé.

Paris, à jamais dans son coeur

Outre son rapport difficile avec les médias, le talentueux numéro 7 du Milan AC garde de bons souvenirs de sa carrière, à commencer par ceux de son passage au Paris Saint-Germain (2011-2014). Auteur du but salvateur à la fin de la saison 2012-2013 à Lyon (1-0), qui a offert le 3e titre de champion de France de son histoire au club francilien, Ménez se souviendra toute sa vie de cette soirée de mai 2013. «Marquer le but à Lyon, c'était un souvenir de fou. C'est un de mes meilleurs souvenirs de ma carrière jusqu'à présent. (...) Après, on pourra dire que j'y ai joué et que j'ai mis un but contre Lyon qui a donné le titre», a-t-il évoqué.

L'Essonien l'assure : son passage au PSG a été une grande réussite dans sa vie de footballeur et d'homme. «Contrairement à ce que tout le monde dit, le PSG a été trois saisons magnifiques du point de vue sportif et dans ma vie personnelle. L'ambiance dans le groupe était super bien», a rappelé l'ex-Lionceau. «On se faisait des restos tous ensemble, des barbecues chez Sylvain Armand. Ancelotti venait et il chantait. Beckham venait aussi. Ce sont des souvenirs magnifiques que je n'oublierai jamais», a-t-il ajouté. En attendant de retrouver son niveau, Ménez devra se servir de son expérience pour relancer une carrière qui mérite très certainement d'être plus régulière !

Que pensez-vous des confidences de Ménez ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Publiez un commentaire» ...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens de la rubrique Italie


Serie A - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Neymar sera t-il encore au PSG la saison à venir ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB