Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
S. Armand : "j'irais bien en Liga"
Par Florent Piasecki - Interview, Mise en ligne: le 20/11/2003 à 20h20
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Déjà appelé par Jacques Santini à l'occasion de Chypre-France, Sylvain Armand n'était pas entré en jeu. Cette saison, le Nantais aimerait donc fêter sa première "vraie" sélection. Pour cela, il faudra de bonnes performances avec les Canaris ou…un départ à l'étranger ? Réponse d'un défenseur très courtisé !

Sylvain Armand est né le 1er Août 1980 à St-Etienne. Il mesure 1m82 et pèse 75 kilos.

Le FC Nantes

Est-ce que vous pourriez retracer votre carrière jusqu'à aujourd'hui ?

J'ai commencé à St-Etienne, à l'ASSE, vers 7-8 ans en poussins. J'y suis resté jusqu'en CFA où j'ai joué un an. Après, je suis parti à Clermont-Ferrand une année, j'ai demandé que Saint-Etienne me prête parce que j'avais des difficultés avec certaines personnes. Cela s'est réellement bien passé à Clermont-Ferrand et vu que j'étais en fin de contrat avec St-Etienne, j'avais la possibilité de partir et de choisir une autre destination. St-Etienne voulait bien évidemment me reprendre par rapport à la saison que j'avais pu faire et aussi par rapport aux différents contacts que j'avais avec les autres clubs. Mon choix allait vers Nantes parce qu'il faisait confiance aux jeunes. J'ai pris cette décision, je suis parti. Dans ma tête et dans celle de Reynald Denoueix à l'époque, je n'étais pas parti pour être titulaire parce qu'il voulait me voir puisqu'il ne m'avait jamais réellement vu joué. C'est vrai que j'ai débuté et qu'il m'a fait confiance assez rapidement dès la cinquième journée à Auxerre. Tout s'est bien passé, tout s'est enchaîné : la sélection, la coupe d'Europe, le titre de champion de France. L'année d'après a été un peu plus difficile parce qu'on avait du mal a digérer le titre. Par contre, la Ligue des Champions m'a fait du bien, m'a permis de me dévoiler et j'ai eu pas mal de contacts après tout ça. Et puis ensuite, il y a eu la saison dernière, sans Ligue des Champions ni rien, une année vraiment en dents de scie. Enfin, cette année, tout commence à repartir, sans oublier ma première sélection en Equipe de France A même si je n'ai pas joué. Cela m'a fait énormément de bien et me permet de savoir que Jacques Santini à un œil sur moi.

Cela n'a pas été trop dur de passer de Clermont et du National aux terrains de clubs comme la Lazio ?

C'est toujours difficile. J'ai eu du mal à réaliser que j'étais en Ligue des Champions alors que l'année d'avant, j'étais à Clermont. Le fait de ne pas réaliser, ça permet de garder les pieds sur terre Je me suis rendu compte à force d'en parler avec mes amis et mes parents. Mais c'est vrai que, quand vous arrivez d'un club comme Clermont, que vous êtes directement champion de France avec une équipe de Nantes où vous avez joué plus de la moitié des matches et que l'année d'après vous allez jouer à Manchester ou à la Lazio de Rome, je pense qu'il y a des risques d'avoir la grosse tête. Moi, j'ai su garder les pieds sur terre grâce à ma famille qui m'a vraiment encadré et parce que je suis d'un tempérament simple, je vis au jour le jour. Mais c'est vrai que j'ai eu du mal à me rendre compte de ce qui m'arrivait en si peu de temps.

Votre désormais fameux but contre la Lazio en Ligue des Champions vous a aussi permis de vous révéler au monde du football européen, les grands clubs ont commencé à s'intéresser à vous…

Après le titre de champion de France, j'ai eu pas mal de contacts mais c'est vrai que le "phénomène" de la Lazio (grande chevauchée sur l'aile gauche puis frappe du pied droit en pleine lucarne) m'a vraiment permis d'attirer les clubs, d'avoir des contacts que j'ai d'ailleurs toujours maintenant même si je suis encore à Nantes. J'attends de faire le bon choix pour faire un grand pas. Ce match face à la Lazio est réellement une référence pour moi par rapport à tous ces contacts que j'ai pu avoir.

Que pensez-vous du début de saison du FC Nantes ? 

C'est un début de saison où tout le monde est en train de revenir à son meilleur niveau, de faire ce que le coach demande. C'est vrai que la saison dernière a été relativement moyenne par rapport au coach qui avait du mal à être accepté par les joueurs et le staff. C'était une saison où on ne tirait pas toujours dans le même sens, où la plupart des joueurs se sont "emmerdés". Cette année, sachant que déjà, tous les joueurs étaient du côté du coach Amisse et voulaient qu'un jour il entraîne l'équipe première, je pense que tout le monde tire dans le même sens, travaille pour bien réussir et on est train de le faire ressentir en retrouvant notre jeu et l'envie. On est très bien aussi au classement pour le moment donc on essaie de continuer comme ça même si c'est vrai qu'à l'extérieur, on a du mal à rapporter des points qui pourraient nous faire énormément de bien. On a fait un sans-faute à la Beaujoire. Maintenant, il reste donc à travailler certaines choses pour pouvoir ramener un ou deux points à chaque fois que l'on fait un déplacement.

D'un point de vue personnel, que pensez-vous de votre début de saison ?

Je me sens relativement bien, je me sens petit à petit revenir à mon meilleur niveau. Cela fait longtemps que je n'ai pas joué avec un tel niveau et que j'ai eu autant envie de jouer et de prendre plaisir dans une équipe comme celle-là, où il n'y a aucune altercation. Le groupe est sain par rapport à l'année dernière alors que les joueurs sont les mêmes. Pour ma part, je suis en train de revenir à mon meilleur niveau, je suis très content et je n'espère pas avoir de pépin pour pouvoir continuer sur cette lancée. Il y a d'autres joueurs qui reviennent à leur meilleur niveau et je pense que ça peut vraiment faire quelque chose de très bien pour cette année.

Vous faites aussi parti de la meilleure défense Ligue 1 (Nantes a encaissé cinq buts, comme Marseille). Que dites-vous de cette statistique ?

Pour un défenseur, cela fait toujours plaisir de savoir que vous êtes la meilleure défense. Cela montre que l'on est solide donc cela peut apporter quelque chose de bien pour la suite. Maintenant, il faut aussi garder ce rythme et c'est vrai que tout nos buts, nous les avons pris à l'extérieur donc c'est à nous de savoir peaufiner quelques points pour être plus sûrs en déplacement pour oser un peu plus et ramener des points qui nous permettent d'engranger et de rester dans le haut du tableau.

Comment expliquez-vous que de jeunes joueurs comme Loïc Guillon ou Jérémy Toulalan s'intègrent aussi rapidement en équipe première ? 

Ce sont des joueurs qui ont eu la chance d'évoluer avec Loïc Amisse donc ils savent exactement ce que le coach recherche d'eux et inversement. Vu le groupe qu'il y a, la plupart des joueurs étant assez jeunes, je pense qu'ils n'ont pas eu de mal à s'intégrer à l'équipe. De toute façon, il n'y a pas non plus besoin de deux ans d'adaptation pour s'habituer à un club. En plus, cela fait pas mal d'années qu'ils sont là donc, à partir de ce moment-là, c'est à eux de se mettre à notre niveau de performance, ce qu'ils ont bien fait.

C'est d'ailleurs encourageant d'avoir un effectif aussi jeune et prometteur quia déjà de bons résultats…

Exactement, on a un effectif très jeune et prometteur qui en plus marche bien. Par exemple, contre Rennes qui avait son équipe-type, on a réussi à gagner (1-0) alors qu'on avait huit absents. Il a fallu compter sur des jeunes qui ont fait leur première apparition comme Fodil Hadjadj, Loïc Paillères ou même Emerse Fae qui avait juste fait deux matches de plus qu'eux, ce qui ne nous a pas empêché de gagner même s'il y a eu moins de jeu par rapport à nos dernières sorties à la Beaujoire. Je pense que c'est normal puisque l'on avait moins d'automatismes avec ces joueurs-là. Ils s'en sont quand même très bien tirés et les autres joueurs comme moi, un peu plus expérimentés, avons essayé de les épauler. Mais c'est vrai que, vu l'effectif que l'on a, tout le monde peut avoir sa place dans le groupe et c'est très prometteur.

Globalement pour cette saison, quels sont vos objectifs personnels ?

Le premier objectif, c'est de revenir à mon meilleur niveau, ce que je suis en train de faire. Je veux aussi essayer de franchir un cap en partant à l'étranger soit au mercato soit en fin de saison. Eventuellement après, j'espère aussi intégrer à nouveau l'équipe de France, ce que j'avais pu faire l'année passée. Maintenant je sais qu'il me reste beaucoup de travail à faire, de choses à réussir. J'en parle beaucoup avec mon manager : c'est vrai que le fait d'être dans les 40 (ndlr : la liste "cachée" de 40 joueurs faite par Jacques Santini avant la coupe des confédérations), c'est toujours bien pour le moral. A partir du moment où vous y êtes allé au moins une fois, c'est que vous avez les capacités, que vous êtes repéré, suivi donc c'est très encourageant. 

Les Bleus

En parlant d'Equipe de France, vous avez été finaliste du championnat d'Europe espoirs. Cela reste une très belle aventure dans votre esprit…

Tout à fait. J'avais rarement connu l'équipe de France même chez les jeunes, et c'est vrai que de trouver un groupe aussi sympa, sain, avec des joueurs que j'avais connus à St-Etienne ou à Lyon quand j'étais plus jeune, ça fait vraiment plaisir. Cela reste une grande expérience, même si on a perdu en finale, ce que l'on a eu beaucoup de mal à accepter. Tout s'est vraiment bien passé avec le staff technique, Raymond Domenech, tous les gens qui entouraient ces espoirs et entre les joueurs. Cela restera une aventure très agréable et j'aimerais en revivre une, même avec les plus grands (rires).

Cela vous fait quoi de voir des anciens coéquipiers des espoirs comme Sidney Govou ou Benoît Pedretti intégrer l'équipe de France A ?

Cela me fait plaisir. J'étais persuadé que Sidney Govou allait y aller très rapidement parce que c'est un joueur que j'apprécie énormément. Je le trouve réellement fort, c'est l'un des attaquants contre lequel j'ai le plus de mal dans les duels. Cela ne m'étonne pas du tout qu'il y soit. Pour Benoît Pedretti, c'est vrai qu'il s'est révélé assez rapidement et j'ai pu surtout le constater en espoirs. Il a eu la chance de pratiquement jouer tous les matches du championnat d'Europe espoirs et au fur et à mesure, on voyait qu'il avait d'énormes qualités pour aller plus haut. Ce qu'il est en train de faire lui aussi maintenant, c'est très bien et je l'en félicite.

Pour vous l'équipe de France peut être un objectif à court terme puisque le titulaire à votre poste, Bixente Lizrazu, risque d'arrêter après l'Euro 2004… 

C'est un objectif mais je sais qu'il est encore là, il y a d'autres joueurs à ce poste comme Jérémie Bréchet, Anthony Réveillère donc c'est clair qu'il y a concurrence. Maintenant, pour moi, le jour où je serai sélectionné, c'est que je mériterai d'y aller. Ce que je veux actuellement, c'est retrouver réellement mes sensations sur le terrain pour pouvoir l'intégrer. Je ne peux pas dire que je n'y pense pas puisque, à partir du moment où vous y êtes allé même une seule fois, vous n'avez qu'une envie, c'est d'y retourner. Mais je ne prends pas non plus la tête avec l'équipe de France, je ne me pose pas des questions tous les jours. A partir du moment où je serais bien, obligatoirement, je pense que j'aurais des chances de la réintégrer.

L'avenir

Avez-vous un rêve dans votre carrière de footballeur ?

Etre un jour champion du monde, je pense que c'est le rêve de tout footballeur. Maintenant, pour être champion du monde, il faut aussi être dans ce groupe France, être appelé plusieurs fois et pourquoi pas, faire quelque chose de bien après la retraite des plus anciens.

Y a-t-il un club qui vous fait rêver ?

Des clubs, il y en a des tonnes… Il y a par exemple le Real Madrid mais il faut garder les pieds sur terre : c'est très dur d'accéder à un club comme le Real Madrid. En tout cas, le pays où j'aimerais bien aller, c'est l'Espagne. S'il y avait vraiment un club à choisir, ce serait Barcelone ou le Real Madrid. Mais bon, ce n'est pas facile de pouvoir y jouer.

D'ailleurs, quels clubs vous ont contacté directement ces derniers temps ?

En Espagne, il y a Valence, le Betis Séville, la Real Sociedad… En Angleterre, il y avait eu Chelsea, en Allemagne, le Bayern, et en Italie la Lazio de Rome, la Roma, Parme… Il y a encore des contacts avec certains et je suis très content parce que ça pourrait me permettre de faire quelque chose d'un peu plus grand après.

Est-il possible qu'un contact aboutisse dès le mercato ?

S'il y a un contact qui me plaît, où les conditions sont très bonnes, c'est clair que je n'hésiterai pas à faire le grand pas pour pouvoir éventuellement retourner dans le groupe France grâce à cela.

Le monde du foot

Y a t-il des joueurs qui vous impressionnent dans le foot international ?

J'admire beaucoup Zinédine Zidane bien sûr, parce que j'ai pu faire quelques entraînements avec lui et à chaque fois que je le vois à la télé, c'est un vrai régal. Il y aussi un autre joueur que j'admire beaucoup, c'est Roberto Carlos. Je le trouve vraiment hors norme, avec le nombre de kilomètres qu'il abat sur un terrain, avec ce qu'il sait faire aussi bien techniquement que physiquement. Franchement, c'est quelqu'un qui m'impressionne beaucoup actuellement.

Avez-vous eu des idoles qui vous ont donné envie de jouer au foot ?

Quand j'étais jeune, j'ai eu Laurent Blanc comme idole. En plus, il est passé par St-Etienne donc ça m'a permis de le côtoyer et de le voir beaucoup plus. Laurent Blanc, pour moi, c'était le modèle type de défenseur. J'ai aussi eu un attaquant comme idole, Batistuta. J'ai beaucoup aimé ce joueur et je l'admire beaucoup actuellement aussi, même s'il se fait un peu plus vieux. J'ai d'ailleurs eu la chance de m'entraîner avec lui et l'équipe d'Argentine lors de la Coupe du monde en France quand l'Argentine était à St-Etienne.

Hors foot

En dehors du foot, avez-vous des passions ?

J'aime bien le cinéma, regarder des bons films, des DVD. En sport, j'aime bien le tennis, et aussi essayer de bonnes voitures.

Les supporters

Avez-vous un petit message pour les supporters nantais ?

Je suis très content qu'il y ait toujours autant d'abonnés actuellement et que les supporters nous soutiennent autant. Je veux les remercier pour leur présence, même dans les moins bons moments comme l'année dernière où ils étaient toujours là. En espérant qu'on leur rendra la monnaie en essayant de leur donner beaucoup de plaisir, en les satisfaisant au maximum.

Merci Sylvain et très bonne saison !



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Sondage Maxifoot
100 M€ + Rakitic + Coutinho contre Neymar, qui ferait la meilleure affaire ?

Barcelone
PSG
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents


Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


 A SUIVRE
Le meilleur effectif
LIGUE 1
saison
2018-19
Tout savoir sur
LES DROITS
TV du FOOT
* Dossier Maxifoot *
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB