Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK

OM : son premier bilan de recruteur, les soucis de Labrune, le coaching idéal de Bielsa... Anigo dit tout

Par Romain Rigaux - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 19/12/2014 à 09h34
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Désormais recruteur en Afrique pour l'Olympique de Marseille, José Anigo est revenu sur ses débuts dans son nouveau métier. L'ancien directeur sportif marseillais évoque également l'impact de Bielsa sur une équipe qui a peu changé par rapport à la saison précédente.

OM : son premier bilan de recruteur, les soucis de Labrune, le coaching idéal de Bielsa... Anigo dit tout
Anigo a retrouvé la sérénité en Afrique

Loin de Marseille et de la pression, José Anigo vit depuis six mois à Marrakech où il exerce avec plus de sérénité son nouveau rôle de recruteur en Afrique pour l'Olympique de Marseille. L'ancien directeur sportif olympien a notamment assisté à tous les matchs du Mondial des clubs qui se déroule au Maroc avant de s'envoler prochainement pour la Guinée équatoriale afin d'observer la Coupe d'Afrique des Nations.

Anigo n'a pas encore découvert de pépites

Dans une interview accordée à L'Equipe, Anigo assure ne pas avoir encore trouvé de pépites pour l'OM. «Non, il n'y a pas de pistes particulières. Je travaille essentiellement sur des jeunes, pas sur un joueur qui va rejoindre tout de suite les pros. Bien sûr si je tombe sur un top joueur, je vais le signaler, faire un rapport. Mais la priorité est d'amener des jeunes qui vont se construire quelques années à Marseille» , explique-t-il. En clair, intégrer de nouveaux talents dans le centre de formation.

En parallèle, Anigo a également travaillé sur la création d'une académie au Maroc. «J'ai trouvé une structure extraordinaire avec quatre terrains magnifiques au pied de l'Atlas. J'ai soumis ce projet à la direction» , confie l'ancien coach marseillais. Pour le moment, ses dirigeants ne lui ont pas encore donné de réponse. Il faut dire que Vincent Labrune avait d'autres préoccupations récemment avec sa mise en garde à vue dans l'affaire des transferts présumés frauduleux à l'OM.

Labrune, «il n'y a pas plus honnête»

Et le président marseillais n'a pas grand-chose à se reprocher à écouter Anigo. «Non, il n'y a pas plus honnête, assure-t-il. Aujourd'hui, la plupart de ceux qui gèrent des joueurs n'ont pas forcément de licence. Ils travaillent avec des agents qui l'ont. Quand vous voulez un joueur, vous êtes obligés de parler avec eux. C'est le système qui est comme ça. Et c'est réducteur de croire que cela ne se passe qu'à Marseille.»

Anigo n'est pas jaloux de Bielsa

Anigo passe désormais peu de temps à Marseille, hormis pour voir sa famille pendant «48 heures ou 72 heures» , et n'a pas assisté à un seul match dans le nouveau stade Vélodrome. Et il assure ne pas avoir l'intention d'y aller. Mais cela ne l'a pas empêché d'observer de loin la bonne première partie de saison de son ancienne équipe, dont les joueurs ont peu changé par rapport à l'exercice précédent.

D'ailleurs, n'est-il pas jaloux de voir les mêmes éléments afficher une tout autre mentalité sous les ordres de Marcelo Bielsa ? «Je n'ai aucune raison d'être jaloux car j'aime l'OM et je serai toujours le premier supporter de ce club, assure Anigo. Ça nous appartient un peu aussi à Vincent (Labrune) et à moi. L'an dernier, on a bien bossé sur le recrutement.» Des éléments recrutés en 2013 comme Giannelli Imbula, Mario Lemina et Dimitri Payet réalisent en effet une belle saison.

L'affectif n'est pas la bonne solution à l'OM

Alors comment expliquer ce changement de visage ? «Je sais maintenant que plus tu leur rentres dedans et plus ils te donnent. Il faut être très dur avec les joueurs, assure Anigo. Le côté affectif, cette manière de coacher, je ne l'emploierai plus jamais. Les résultats actuels, c'est le travail de Bielsa, certes, mais c'est aussi parce que les joueurs font des choses aujourd'hui qu'ils acceptaient moins l'an dernier. Nous, avec Elie (Baup), on était dans le fonctionnement des entraîneurs français, plus dans l'affectif.»

Il faudrait donc continuer à l'avenir avec des techniciens étrangers à l'OM. «C'est un entraîneur étranger qu'il faut pour Marseille, même dans le futur. Les joueurs acceptent plus d'un étranger que d'un français. C'est un constat. J'entends les joueurs dirent certaines choses aujourd'hui... Ça me fait marrer parce que, l'an dernier, on n'était pas moins sérieux, on ne travaillait pas moins bien» , assure-t-il. Ce n'est pas forcément l'impression qui se dégageait des séances d'entraînement...

Que vous inspirent les propos d'Anigo ? N'hésitez pas à réagir et à débattre dans l'espace «Publiez un commentaire» ...







Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Etes-vous en faveur d'un retour de Karim Benzema en équipe de France ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB