Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
un regret quand même
Par Cédric Chapuis - Actu Champion's League, Mise en ligne: le 05/04/2005 à 23h47
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Dominateur en première mi-temps puis étouffé en seconde, l'OL a laissé passer sa chance avant de se faire rattraper par le PSV Eindhoven (1-1). Complètement endormis en deuxième période, les joueurs lyonnais n'ont pas tenu sous la pression. Ce résultat nul ne condamne pas les champions de France, mais il faudra marquer à Eindhoven.

un regret quand même

Les données de la rencontre

Chaque année, l'Olympique Lyonnais progresse. Chaque année, l'OL impressionne un peu plus. Et cette année, en Ligue des Champions, Lyon a progressé, et fait peur à toutes les équipes, surtout après un huitième de finale de toute beauté face au champion d'Allemagne, le Werder Brême (3-0, 7-2). L'OL fait donc figure d'épouvantail de cette compétition, en compagnie d'une autre équipe qui impressionne par sa maîtrise : le PSV Eindhoven. Et le sort a décidé d'opposer ces deux clubs à l'heure des quarts de finale. Et pour le club de Jean-Michel Aulas, la qualification est devenue presque obligatoire pour plusieurs raisons. Premièrement, au vu du championnat déjà joué à 99%, les hommes de Paul Le Guen ont décidé de jouer leur fin de saison complètement pour la C1. Ensuite, le souvenir de l'an passé (élimination en quarts par le FC Porto, futur vainqueur) a laissé un goût amer, et cette fois, Lyon ne veut pas pêcher par manque d'expérience. « Par rapport à l'an passé, on bénéficie d'une expérience, estime Le Guen. Nous avons surtout deux trois joueurs qui peuvent nous apporter des plus. On a renforcé le potentiel de l'équipe. Un joueur comme Wiltord, par exemple, est important. Il l'est même redevenu en équipe de France. Nous l'avons recruté avec cet objectif-là. Il fait partie des joueurs qui permettent à l'équipe de monter d'un niveau et il remplit parfaitement ce rôle. Ce qui change, c'est aussi que notre parcours a été plus convaincant cette année. » Avec 27 buts en 8 matchs, le club rhodanien a en effet été plus que convaincant. Seul Manchester United est parvenu à accrocher l'OL depuis le début de la compétition (en poules, 2-2, 2-1) sans pour autant terminer devant le champion de France. Et avant d'aborder un match retour périlleux aux Pays-Bas, le mieux à faire était évidemment de confirmer cette bonne forme offensive, et de l'associer à une solidité défensive pour ne pas hypothéquer les chances de qualification pour les demi-finales.

Mais en face de Lyon se dressait donc un autre solide outsider. Le PSV Eindhoven, après un premier tour bien négocié derrière Arsenal, a éliminé presque tranquillement Monaco en huitièmes, faisant étalage de toute sa maîtrise à l'aller comme au retour (1-0, 2-0). Largement en tête de son championnat comme son adversaire, le club néerlandais pouvait aussi se permettre de lâcher un peu de lest pour se préoccuper de la Ligue des Champions. Et face à l'OL, le PSV ne nourrissait aucun complexe, au contraire. Se présentant dans la même disposition tactique que le club français, l'équipe entraînée par Guus Hiddink possède, comme Lyon, un trio de milieu de terrain qui fait peur à toute l'Europe, avec Philip Cocu, Johan Vogel et Mark van Bommel. Le coach hollandais l'avait d'ailleurs rappelé avant la rencontre, la clé du match se situerait certainement dans ce duel du milieu de terrain. Autre clé, l'expérience dont pouvait peut-être manquer le club hollandais par rapport à Lyon, avec des jeunes joueurs comme Park, Farfan ou Alex. Mais rappelons que Philip Cocu en était mardi soir à son 103e match européen, alors que l'OL en comptait 120 dans toute son histoire. Cette confrontation s'annonçait donc extrêmement serrée entre deux équipes qui pouvaient raisonnablement viser plus haut.

Les meilleurs moments

- La rencontre démarre fort. Les Lyonnais veulent tout de suite mettre la pression sur leur adversaire. Et lors d'un duel, van Bommel assène un magnifique coup de pied sur la mâchoire de Florent Malouda. Le Guyanais est sonné mais retrouve rapidement la pelouse. Le Hollandais ressort blanc comme neige.

- A 40m des buts néerlandais, Juninho hérite d'un coup franc… et le tente. Le ballon passe de peu au dessus de la transversale de Gomes (8').

- Lancé côté droit, Sidney Govou entre dans la surface et remet à Witord, qui cafouille un petit peu avant que le ballon n'arrive jusqu'à Malouda. L'ailier de l'OL place une frappe de l'intérieur du pied droit qui trompe Gomes, peu inspiré sur le coup et déstabilisé par un contre de dernière seconde de son défenseur. Lyon ouvre le score (1-0, 11'), le match est parfaitement lancé !

- Intenable, Juninho percute dans la surface de réparation hollandaise côté gauche, avant de remettre en retrait à Mahamadou Diarra. A 25m, le Malien décoche une frappe de l'extérieur du pied qui passe largement à gauche, des cages de Gomes (16').

- L'intensité retombe un peu dans le deuxième quart d'heure. Lyon contrôle tandis que les Néerlandais enchaînent les fautes au milieu de terrain.

- Nouvelle poussée de l'OL, avec Sidney Govou sur son côté droit. L'international français centre au point de penalty, mais Gomes s'envole pour capter le cuir… et se troue une nouvelle fois. Wiltord récupère côté gauche et centre sur la tête de Michael Essien, qui trouve les gants du gardien du PSV (33').

- Six minutes plus tard, le Ghanéen s'infiltre côté droit et frappe à l'entrée de la surface. Gomes commet une nouvelle erreur, puisque le ballon rebondit sous son bras avant de trouver le poteau extérieur…

- Alors que l'OL semble maîtriser totalement la fin de la première mi-temps, Venegoor of Hesselink hérite d'un ballon dos au but, à l'entrée de la surface lyonnaise. L'attaquant hollandais contrôle, se retourne et frappe au but, légèrement au dessus (45'). Et voilà les deux équipes qui retournent au vestiaire sur ce score logique de 1-0.

- Dès la reprise, le PSV commence à prendre le contrôle de la partie, en maintenant un faux rythme dans le premier quart d'heure et en se montrant menaçant sur plusieurs coups de pieds arrêtés.

- Le tournant du match. Sylvain Wiltord tente une percée sur la gauche de la surface et sert Sidney Govou, seul face au but de Gomes. L'attaquant lyonnais ouvre son pied mais le portier a anticipé et se détend parfaitement pour dévier le ballon en corner (63').

- Le PSV reprend sa marche en avant et Philip Cocu, à 20m, tente sa chance. Sa frappe est trop croisée mais le danger se rapproche (73').

- Nouvelle occasion pour Lyon, avec un centre d'Abidal au premier poteau. Wiltord dévie le ballon, mais Lee puis Gomes contre et le ballon sort en corner. L'arbitre signale un six mètres (76').

- La réussite semble avoir changé de camp, et après avoir récupéré un ballon à 30m des buts adverses, Cocu traverse le terrain grâce à une série de contres favorables, s'appuie sur Park et déclenche sa frappe à l'entrée de la surface. Coupet, masqué et pas sur ses appuis, laisse filer le ballon dans son petit filet (1-1, 79'). L'OL a laissé passer sa chance.

- Ce but a mis un gros coup sur la tête des Lyonnais. Tant sur le plan physique que mental, les joueurs de Paul Le Guen n'y sont plus, et la frappe de Malouda à la 86e passe largement à côté du but. Le match retour s'annonce difficile.

La performance des Lyonnais

L'OL a voulu démarrer tambour battant ce match aller, et l'a brillamment fait. En mettant la pression sur son adversaire dans le premier quart d'heure, Lyon a complètement étouffé les Hollandais, en marquant ce but à la 11e minute. Durant toute la première mi-temps, les hommes de Paul Le Guen ont alterné temps forts et temps faibles avec brio, et les bourdes de Gomes auraient pu aider le champion de France à creuser l'écart avant la pause. Mais après le repos, le match s'est complètement inversé, et Lyon n'a pas résisté à la maîtrise collective du PSV. Et on espère que l'OL n'aura pas à regretter cette occasion en or de Govou à l'heure de jeu. Après l'égalisation, les hommes de Paul Le Guen ont encore plus plongé physiquement et mentalement sous les assauts de leur adversaire, et ce Lyon là n'a aucune chance de se qualifier.

Durant près d'une heure, les joueurs ont pourtant été fidèles à eux-mêmes. Les défenseurs ont bien maîtrisé leur sujet, même si Reveillère, Cris, Caçapa et Abidal ont parfois du céder face à Park, Venegoor, Farfan puis Beasley. Mahamadou Diarra, comme d'habitude, a contenu les attaques hollandaises dans l'axe du milieu de terrain, tout comme Michael Essien. Même si le Ghanéen a été moins rayonnant qu'au cours des derniers matchs, et que quelques balles perdues en fin de match auraient pu coûter cher. Omniprésents mais cuits en fin de match, Juninho et Wiltord ont participé pleinement aux attaques de leur équipe, avant de plonger avec leurs coéquipiers. Sidney Govou, en manque de rythme, a lui aussi chuté en fin de rencontre, mais avait fait quelques misères à Lee jusque là. Homme du match côté Lyonnais, Florent Malouda a été partout sur son côté gauche, marquant même le but de son équipe. L'attaquant de l'OL a percuté, provoqué, tout en prenant énormément de coups. Le Guyannais confirme son énorme potentiel.

La performance des Hollandais

Le PSV Eindhoven a su laisser passer l'orage lyonnais avec une certaine réussite en première mi-temps, avant d'étouffer son adversaire en deuxième. Dès le retour des vestiaires, les Néerlandais ont imprimé ce faux rythme extrêmement endormant et dangereux pour l'adversaire, et chacune de leurs attaques semblait calculée, en alternant le jeu par les ailes ou par le centre. Cette équipe maîtrise parfaitement son sujet même si elle aurait dû perdre cette rencontre sans la maladresse lyonnaise. Il n'empêche que lors de la seconde période, le PSV a complètement endormi l'OL pour lui mettre ce coup de poignard par Cocu à moins d'un quart d'heure de la fin. Les Hollandais ont aussi su jouer dur de façon à annihiler plusieurs incursions lyonnaises, notamment avec Ooijer et van Bommel, pourtant sous le coup d'un avertissement.

Heurelho Gomes a frôlé le match catastrophe à Gerland. Plusieurs fautes de main auraient pu, ou dû, coûter cher à son équipe, mais il a tout rattrapé avec cet exploit face à Sidney Govou. La défense a quant à elle souffert sur les côtés, avec Ooijer et Lee dépassés par Malouda et Govou, même si le Coréen a beaucoup apporté offensivement. Le trio magique van Bommel-Cocu-Vogel a été assez discret mais toujours aussi efficace, puisque le but vient d'une récupération de Cocu. Ces trois là sont également des maîtres de la conservation du ballon, et à eux seuls ils ont parfaitement contribué à endormir leurs adversaires en seconde mi-temps. Farfan et Park ont, eux, été beaucoup moins tranchants que ce qu'on attendait. Barrés par Abidal et Reveillère, les deux ailiers n'ont pas su apporter leur vivacité. Mais l'entrée salvatrice de Beasley a réveillé le Sud-Coréen, qu'on a plus vu dans le dernier quart d'heure que dans tout le reste du match. Venegoor of Hesselink, lui, a été fidèle à son rôle de pivot, et a rarement été inquiété puisque Cris ne venait au contact qu'une fois sur deux.

A cause de son manque de réalisme, Lyon n'a donc plus toutes les cartes en main avant de se déplacer au Philips Stadion dans deux semaines. On peut tout de même parier sur la combativité et l'esprit gagneur des Lyonnais pour aller chercher la qualification à Eindhoven, comme l'a rappelé Paul Le Guen après le match : « Contre ce genre d'équipes, il est difficile d'être dominateur d'un bout à l'autre. Nous étions un peu moins bien en deuxième période, les joueurs se sont battus courageusement. Quand on prend un but comme ça, c'est énervant... Il est logique de tirer des conclusions au vu du score mais nous sommes loin d'être éliminés. Les chances existent évidemment. Nous allons y croire très fort. » Mais que ce PSV sera difficile à contourner…


Olympique Lyonnais 1-1 PSV Eindhoven

Stade de Gerland, 39 178 spectateurs
Arbitre : M. Collina

Buts : Malouda (11’) pour Lyon ; Cocu (79’) pour le PSV

Avertissements : Vogel (29’), Cocu (64’) pour le PSV

Les équipes :

Lyon : Coupet - Reveillère, Cris, Caçapa, Abidal - Essien, Diarra, Juninho - Govou, Wiltord, Malouda

PSV : Gomes - Ooijer, Alex, Bouma, Lee - van Bommel, Cocu, Vogel - Farfan (Beasley, 71‘), Venegoor of Hesselink, Park



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens LIGUE des CHAMPIONS


Sondage Maxifoot
A la place du PSG, est-ce que vous levez l'option d'achat de 65 M€ de Mauro Icardi ?

OUI maintenant
OUI probablement mais attendons un peu
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB