Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Caen le petit mange le grand !
Par Marie Ange Kostoff - Actu Coupe De La Ligue, Mise en ligne: le 02/02/2005 à 23h32
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

La surprise du chef ! Alors que tout le monde attendait la victoire monégasque, ce sont finalement les Caennais qui se sont imposés au terme d'un match qu'ils ont su emballer (3-1). Le Stade de France est à eux !

Les enjeux de la rencontre

Seizièmes du championnat avec 24 points, les Caennais n'ont rien à espérer d'un championnat où ils luttent pour le maintien et déversent ainsi tous leurs espoirs de gloire dans la Coupe de la Ligue. A 90 minutes (ou plus) du Stade de France, les Normands ne risquent donc pas de laisser passer l'occasion d'obtenir une place en Coupe de l'UEFA la saison prochaine même si se dresse devant eux un Rocher difficilement franchissable, l'AS Monaco, qui les avait étrillés 5-2 lors de la 21ème journée. Comptant avant tout sur leurs qualités mentales, les hommes de Patrick Rémy savent qu'ils sont capables de rivaliser avec les meilleures équipes sur un match comme ils l'ont démontré en éliminant Sochaux et Auxerre aux tours précédents. «On n'est peut-être pas spectaculaire mais on se bat» assurait Frédéric Danjou dans les colonnes d'Ouest-France. Cela suffira-t-il ? Patrick Rémy devra faire sans Danjou et Zibar, suspendus mais aussi sans Eudeline (genou) ni Lesoimmier (cheville), toujours blessés. En revanche, bonne nouvelle pour Ben Askar, un temps incertain mais finalement d'attaque.

Côté monégasque, le temps est au beau fixe. Troisièmes du championnat et forts d'une belle série de neuf matches sans défaites dont un Monaco- PSG (2-0) le week-end dernier, les hommes de Didier Deschamps ont montré leur force de frappe et leur forme actuelle et comptent bien ne pas s'arrêter là en Coupe de la Ligue, satisfaisant un appétit grandissant au fil des rencontres gagnées. «On est à un match du Stade de France. Ce sont des moments fabuleux. On ne va pas faire l'impasse. On prend tout. Il n'y a pas à réfléchir» assure ainsi Gaël Givet à quelques heures de la rencontre. Mais si, comme Didier Deschamps l'assure, la Coupe de la ligue est un objectif, il n'en reste pas moins que d'autres échéances (nationales et européennes) se profilent à l'horizon… L'ancien champion du Monde devrait donc faire tourner son effectif, Chevanton et Maicon, blessés, Modesto, suspendu, Kallon, Saviola, Bernardi, Zikos et Roma mis au repos n'étant pas du voyage.

Les faits marquants de la rencontre

- Malgré une pelouse en mauvais état, les Monégasques prennent les choses en main et sont les premiers à se mettre en route. Gigliotti s'enfonce dans la défense caennaise puis obtient un bon coup-franc après une faute de Dugardein. Nonda est à la manoeuvre et oblige Planté à sortir la première claquette du match. Le corner qui suit ne donne rien (5').

- La maîtrise du jeu est monégasque mais attention aux contres normands qui peuvent faire mouche. Sur une action confuse, Deroin remise involontairement pour Mazure alors que Lemaître est en position de hors-jeu et sème le trouble au sein de la défense monégasque. Mazure se retrouve seul devant le but d'Audard qu'il trompe d'une frappe croisée du gauche (1-0, 32').

- Le premier but semble avoir dopé les Caennais qui se ruent de nouveau à l'attaque. Pratiquement sur l'action suivante, Mazure perce la défense monégasque, prenant Givet et Oshadogan de vitesse puis tente sa chance d'un tir puissant. Audard s'impose en deux temps (34').

- Le stade pousse les siens pour marquer le second but. Sur le côté droit de la surface, Rodriguez renvoie un centre dans les pieds de Deroin. Dans l'axe, le milieu de terrain adresse une passe au millimètre pour Lemaître qui tente de tromper Audard. Le ballon passe sous le corps du portier monégasque et est détourné mais vite repris par Lemaître qui pousse finalement du gauche le ballon dans les buts vides (2-0, 43'). Quelle surprise !

- C'est la folie au stade Michel d'Ornano ! Sur une contre-attaque menée à 100 à l'heure, les Caennais se retrouvent à deux contre deux. Mazure lance intelligemment Watier sur la droite. L'attaquant s'enfonce dans la surface et tente de crocheter Audard qui le fauche. M. Kalt n'a d'autre choix que de siffler le penalty ! Watier se fait justice lui-même et trompe le portier monégasque d'une frappe puissante du droit (3-0, 54').

- Nouvelle contre-attaque caennaise menée par Watier. Oshadogan déséquilibre le Caennais qui se relève pourtant et tente de reprendre le ballon. Mais Audard arrive les deux pieds décollés, Watier sautant heureusement pour l'éviter. Le portier monégasque reçoit très logiquement son deuxième carton jaune de la soirée (65'). Triste soirée pour Monaco

- Monaco revient dans la partie ! Adebayor, fraîchement rentré en jeu, se bat dans la surface pour récupérer le ballon. Il tente de se retourner et s'écroule dans la surface après un léger contact avec Lemaître. M. Kalt désigne le point de penalty que se charge de transformer Adebayor malgré un bon plongeon de Planté (3-1, 82').

- Ultime frayeur pour le public normand ! Evra centre pour Camara au sein de la surface. La tête du Monégasque frôle le montant droit de Planté, le Stade Malherbe a eu chaud ! (88')

La prestation de Caen

Bien pris par une équipe monégasque sûre de son fait, les Caennais ont eu quelques difficultés à se mettre dans la partie, peinant à se créer des situations dangereuses. Mais faisant preuve d'une belle volonté et d'une grande solidarité, les Normands ont eu le mérite de ne pas baisser les bras et sont progressivement montés en régime, produisant notamment un très bon dernier quart d'heure en première mi-temps. Prenant peu à peu l'ascendant au milieu de terrain, leur envie a bousculé l'équipe monégasque autant que leur premier but leur a insufflé une confiance énorme. Poussés par un stade totalement acquis à la cause, ils ont parfaitement su gérer l'avantage pris, ne se contentant pas de défendre l'avantage acquis mais continuant à pousser, à se battre sur chaque ballon, à montrer qu'ils ne lâcheraient rien. Une tactique payante grâce à un réalisme hors-pair et des attaquants très en forme qui ont profité des quelques largesses laissées par la défense rouge et blanche. Profitant ensuite de la nervosité et de la résignation monégasque, notamment après le troisième but, les hommes de Patrick Rémy ont filé (presque) tranquillement vers le Stade de France tentant tout de même de planter quelques banderilles de ci de là.

Vincent Planté s'impose de plus en plus comme le titulaire indiscutable à Caen. Sûr, décisif, il a su s'imposer aux bons moments, tout près d'être sur le penalty d'Adebayor. La défense caennaise a quant à elle fait preuve d'une belle solidité. Car si Saviola et Kallon n'étaient pas sur le terrain, les attaquants présents à Michel d'Ornano ne sont pas non plus tombés de la dernière pluie. Très solidaires, les défenseurs se sont donnés sans compter, se montrant présents sur chaque ballon, quadrillant de belle manière le terrain. Le bloc caennais a bien tenu le coup notamment grâce à Faye auteur d'une belle partie. Le milieu de terrain normand peut lui aussi être content de sa soirée. Tous, sans exception ont contribué à la belle victoire normande, insufflant un léger vent de folie sur la pelouse. Vitesse, percussion et spontanéité ont été les ingrédients du succès caennais et notamment de Dugardein, Deroin et Lemaître (l'un des meilleurs sur la pelouse ce soir) toujours aussi importants dans l'entre-jeu normand. Enfin, Cyril Watier et Sébastien Mazure ont été les parfaits compléments de leurs milieux de terrain. Rapides, ils ont pu mener à bien plusieurs belles contre-attaques se montrant qui plus est réalistes et opportunistes.

La prestation de Monaco

Très bons face à Paris dimanche dernier (2-0), les Monégasques se présentaient ce soir avec une nouvelle étiquette de favoris qu'ils assumaient dans un premier temps, maîtrisant le jeu et se procurant les premières occasions de la rencontre. Mais à jouer un jeu tranquille, sans tenter de tuer le match dans les premières minutes, Monaco n'a pas senti son adversaire monter en régime au fil du match. Se laissant peut-être prendre dans un faux-rythme, dans un jeu cantonné au milieu de terrain, les Monégasques n'ont pas su réagir face à la vista adverse et se sont fait surprendre par le premier but caennais. Pas de quoi s'affoler pour autant. Reste que la réaction des hommes de Didier Deschamps ne s'est pas vraiment fait sentir par la suite, ceux-ci faisant preuve d'énervement plus que d'agressivité et d'envie d'aller vers le but. Relancés par un généreux penalty, les Monégasques ont eu le réveil trop tardif, confondant parfois vitesse et précipitation, manquant également de précision dans le dernier geste. L'envie était ce soir caennaise et la technique monégasque n'a pas suffi à faire pencher la balance en leur faveur…

N'est pas Flavio Roma qui veut. Sorti peu après l'heure de jeu après un tacle dangereux mais heureusement sans conséquences, Fabien Audouard n'était pas au top de sa forme ce soir. A sa décharge, il n'a pas non plus été suppléé par une défense de fer, celle-ci se faisant prendre un peu trop souvent à revers par les contre-attaques caennaises. Pris de vitesse, dépassé par l'envie adverse, les défenseurs monégasques ont souvent été en retard après la demi-heure de jeu. Reste qu'il ne faut pas oublier que la charnière défensive monégasque évoluait dans une configuration différente de la configuration habituelle et que les automatismes étaient donc moins présents. Le milieu de terrain a quant à lui réalisé un bon travail durant la première demi-heure perdant ensuite peu à peu de son influence. Diego Pérez a, comme à l'habitude, ratissé beaucoup de ballons, Farnerud se montrant de son côté très actif. Mais face à une équipe caennaise qui a eu tendance ensuite à sauter le milieu de terrain, leur rôle a été moins important et la nervosité d'un Farnerud en fin de match aurait pu coûter encore plus cher à Monaco. Enfin, les flèches rouges et blanches n'ont pas fait d'étincelles ce soir même si Adebayor a apporté un plus certain en fin de match.

Loin du club du rocher en championnat, le Stade Malherbe de Caen a ce soir démontré qu'il avait les moyens de bousculer les plus grands. Preuve s'il en est besoin que sur un match, l'envie et le mordant peuvent faire la différence et qu'à l'impossible nul n'est tenu. Désormais assurés de cette fameuse place au Stade de France où ils ont rejoint Strasbourg, vainqueur de Saint-Étienne (1-0), les Normands ont désormais trois mois pour assurer leur maintien en Ligue 1 et pourquoi pas rêver à l'Europe…


La fiche technique

Caen 3 – 1 AS Monaco (2-0)
Au Stade Michel d’Ornano
Arbitre : M. Kalt

Buts : Mazure (34’), Lemaître (43’), Watier (54’) – Adebayor (81’)
Avertissements : Lemaître (10’), Dugardein (60’) – Audard (53’ et 65’), Camara (58’)

Les équipes :

Caen : Planté – Hengbart, Faye, Seube, Sorbon – Dugardein, Lemaître, Rankovic (Dufer, 35’), Deroin (Suares, 87’)– Mazure (Hébert, 63’), Watier

ASM : Audard – Rodriguez, Oshadogan, Veigneau (Evra, 71’), El-Fakiri, Givet - Farnerud, Pérez, Camara – Nonda (Biancarelli, 66’), Gigliotti (Adebayor, 70’)



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 2 / CdF / CdL


Sondage Maxifoot
Tottenham a t-il fait un bon choix en signant un contrat avec Mourinho jusqu'en 2023 ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment

Les VIDEOS populaires du moment



 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB