Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Retour d'orgueil pour Paris
Par Marie Ange Kostoff - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 13/12/2004 à 00h07
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Sursis pour des Parisiens au pied du mur qui ont empoché leur cinquième victoire de la saison à Sochaux (2-1). Conquérants en première période, ils ont plié en seconde mais se donnent finalement une bouffée d'air pur après une semaine difficile pour les nerfs. Francis Graille peut retenir son souffle.

Retour d'orgueil pour Paris

Les enjeux de la rencontre

Bien que 7ème au classement provisoire, les Sochaliens peuvent, en cas de victoire face aux Parisiens, revenir à hauteur de Monaco, qui compte 29 points. De quoi motiver des Lionceaux face à leur bête noire… En effet, depuis la saison 1998-1999, les pensionnaires du stade Bonal n'ont plus été victorieux, dans le Doubs, face aux différentes formations du PSG. Une statistique loin d'être négligeable quand on connaît le bilan récent des Sochaliens à domicile. Un nul face à Istres (1-1), une défaite de toute dernière minute face à Lens (1-2), pas de quoi pavoiser pour des Lionceaux qui devraient donc avoir envie de manger tout cru une équipe parisienne aux abois afin de tenter de se rapprocher au plus de leurs grands frères lyonnais. «Paris restera toujours Paris et, vu le match de la saison dernière, nous devons nous rattraper. C'est également un match de rachat pour les deux défaites consécutives à domicile. Mais la prudence est de mise. Je me méfie énormément de l'équipe parisienne et d'autant plus quand elle est meurtrie (…) le PSG est blessé dans son orgueil et va être une équipe très difficile à jouer. De plus, avec cette élimination, le championnat est maintenant leur unique priorité. Il ne faut pas autant occulter le match face à Moscou car c'est une très grosse équipe qui possède un collectif impressionnant. Il ne faut pas non plus oublier que Paris voyage très bien, comme ils l'ont montré à Chelsea. En distinguant bien les deux matches et en ajoutant l'orgueil de la défaite, nous devons être méfiants et respecter cette équipe» confiait Guy Lacombe sur le site officiel du club. Prudence est mère de sûreté dit-on…

Une seule chose semble avoir préoccupé les esprits parisiens cette semaine : la chasse à la taupe ! Non pas que les pensionnaires du Camp des Loges se soient pris d'une soudaine passion pour les plaisirs du jardinage mais plutôt qu'ils soient à la recherche du joueur qui veut la peau de Vahid Halilhodzic et qui l'annonçait clairement dans les colonnes du Parisien au lendemain de la déroute parisienne en Ligue des Champions. C'est donc dans une ambiance particulière, sur les terrains d'un Camp des Loges transformés en terrain de jeu pour barbouzes que le club de la capitale a préparé ce déplacement plus que périlleux à Sochaux. 14ème du classement avec 20 points, les Parisiens sont au pied du mur. S'ils l'emportent, le poids sur leurs épaules s'allègera de quelques grammes. Tout autre résultat, catastrophique sur le plan comptable, aurait assurément des conséquences bien plus profondes. «Nous allons tâcher de relever la tête en championnat et d'obtenir une place plus conforme au rang du PSG. Les deux coupes constituent aujourd'hui un objectif majeur pour le club. C'est le plus court chemin vers l'Europe. Nous devrons pour cela réussir une série de bons résultats» assurait le coach bosniaque. La tête de Vahid Halilhodzic est mise à prix, reste à savoir si ses joueurs sont prêts à le sauver de l'échafaud… Privé de banc, le «sursitaire» devra également se passer de joueurs cadres. Hormis, Jérôme Rothen, pas encore remis, le métronome de l'équipe, Modeste M'Bami et Mario Yepes, blessés ne seront pas du voyage à Bonal, tout comme Sylvain Armand, suspendu. A noter le retour de Ljuboja dans le groupe.

Les temps forts de la rencontre

- Il fait froid dans le Doubs mais les Parisiens ne tardent pas à réchauffer les débats. Dès sa première incursion dans le camp sochalien, les hommes d'Halilhodzic se montrent dangereux. Fabrice Pancrate sur le côté droit de la surface, centre fort devant le but mais Omar Daf tacle le ballon en corner juste devant Coridon, prêt à pousser le cuir au fond des filets (2').

- Charles-Edouard Coridon se montre en ce début de partie. A l'entrée de la surface, l'ancien Lensois tire au but mais écrase trop sa frappe pour faire trembler Teddy Richert (15').

- Enfin une première offensive dangereuse pour les Sochaliens. Le plus jeune joueur de L1, Jérémy Ménez, ouvre parfaitement pour Santos, dans la surface. Heureusement pour les Parisiens, José Pierre-Fanfan prend les devants et dégage en corner, devant l'attaquant doubiste (21').

- Le club de la capitale reprend des couleurs. Lorik Cana adresse une transversale au millimètre pour Pedro Pauleta. Le Portugais contrôle de la poitrine puis enchaîne d'une superbe reprise de volée du droit qui termine dans la lucarne de Richert, impuissant (1-0, 24').

- Pedro Pauleta est déchaîné. A peine son but fêté qu'il récupère le ballon et se retrouve en position de tir. L'Aigle des Açores tente une frappe croisée du gauche mais Teddy Richert repousse le cuir en corner (26').

- Entreprenants dans le jeu, les joueurs de la capitale se créent de nombreuses occasions. Sur un ballon mal repoussé par la défense sochalienne, Fabrice Pancrate récupère à l'entrée des 16m et arme un tir puissant que le portier sochalien repousse des deux poings vers Cana dont la frappe s'envole dans les tribunes (33').

- Incroyable PSG qui double la mise ! Pancrate sur la droite de la surface sochalienne, centre pour Reinaldo. Le malheureux Mathieu dévie le ballon mais dans les pieds de Reinaldo qui centre en retrait pour Pauleta. De la tête, tel un chasseur de but, l'attaquant parisien signe le doublé et offre un sacré bol d'air à son équipe ! (2-0, 42').

- Les Doubistes tentent enfin de prendre le jeu à leur compte. Suite à une faute de Mendy sur le coin droit de la surface, Mickaël Isabey obtient un coup-franc que Jérémy Mathieu se prépare à tirer. Malheureusement pour les pensionnaires de Bonal, le coup-franc de Mathieu heurte le haut de la barre transversale d'un Létizi apparemment sur la trajectoire (59').

- Le match s'emballe ! Coup sur coup, Sochaux obtient un bon coup-franc à l'entrée de la surface puis un corner. Sur ce dernier, Badiane ceinture Paisley, penalty pour les Sochaliens ! Ilan le tire sur la gauche, Létizi part du bon côté mais est sauvé par son poteau qui repousse le cuir (65') !

- Après une légère baisse de régime, les Sochaliens repartent de plus belle. Sur le côté droit, Jaouad Zaïri dribble Bernard Mendy puis adresse un centre au millimètre pour Santos. Le Tunisien, au point de penalty ajuste Létizi d'une belle reprise de la tête et réduit le score (1-2, 74').

- Le public est en liesse et pousse son équipe pour revenir au score. Jérémy Mathieu frappe un nouveau coup-franc excentré que personne ne touche mais qui oblige Létizi à s'employer pour éviter le retour sochalien (78').

- Ca chauffe devant le but parisien ! José Pierre-Fanfan remet involontairement pour Santos qui frappe au but. Létizi, venu à son encontre est battu mais Edouard Cissé repousse le cuir sur sa ligne (84').

- Jusqu'au bout les Parisiens auront souffert ! Il ne reste que quelques secondes, Jérémy Mathieu est servi sur le côté droit, s'enfonce dans la surface et enchaîne un tir du droit. Mais Lionel Létizi, bien sur ses appuis, capte le ballon en deux-temps et sauve la patrie ! (90+4').

La prestation de Sochaux

A priori mieux en place dans leur jeu et surtout bien mieux dans leur tête, les Sochaliens entamaient la rencontre avec un statut de favori logique. Une étiquette peut-être difficile à porter pour des Lionceaux peu entreprenants, bien pris par un PSG motivé. Et si on s'attendait à un premier quart d'heure sochalien de folie ou du moins des premières minutes enflammées, afin de faire plonger définitivement les Parisiens dans le doute, les hommes de Guy Lacombe ont déçu. Se fendant de quelques offensives assez bien menées, ils n'ont toutefois pas tenté de faire le siège du but de Létizi, laissant à leur adversaire le privilège de diriger le jeu. Mal leur en a pris puisque loin de se défausser, le PSG s'est pris au jeu, empêchant les Sochaliens de véritablement développer le leur. Le seconde mi-temps allait être tout autre, les Lionceaux consentant enfin à sortir de leurs cages pour tenter de griffer leurs adversaires. Bien plus mordants, leur domination restait pourtant stérile jusqu'au penalty sifflé à la 65ème minute. Car si les Sochaliens n'ont pas pu réduire le score sur ce coup de pied arrêté, ils ont ensuite multiplié les offensives et fait le siège d'une surface parisienne qui a plié sans toutefois rompre. Malheureusement pour les hommes de Guy Lacombe, par manque d'efficacité mais aussi de chance, et malgré une très bonne deuxième mi-temps qui n'aurait pas souffert d'un retour au score, la victoire avait décidé de pencher côté parisien…

Très sollicité en première période, Teddy Richert a du aller chercher le ballon au fond de ses filets à deux reprises sans avoir grand chose à se reprocher. Plus tranquille en seconde période, il a bien assuré son rôle. La défense sochalienne a quant à elle connu quelques difficultés en début de match laissant quelques espaces précieux pour les attaquants parisiens. Mais dans l'ensemble, leur performance aura été très correcte, Souleymane Diawara et Grégory Paisley réussissant même une bonne partie. Au milieu de terrain, on peut noter la performance en demi-teinte de Jérémy Mathieu. Longtemps inconstant, perdant bon nombre de ballons, il s'est repris en fin de match, multipliant coup-francs et centres de bien meilleure qualité et se procurant même la dernière occasion du match. La rentrée de Zaïri à la place d'Isabey aura également fait beaucoup de bien au jeu sochalien. Par ses dribbles et sa vitesse de débordement, le Marocain a réussi à faire tourner en bourrique la défense parisienne qui a failli tomber de nombreuses fois dans le piège. Enfin en attaque, Wilson Oruma a beaucoup tenté en fin de match. Et si Santos, véritable chasseur de buts, a marqué le but de l'espoir, il a moins pesé sur la défense parisienne qu'il sait le faire à l'habitude.

La prestation du PSG

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? Un principe remanié qui pourrait bien caractériser la première période parisienne. Grâce à un jeu simple, sans fioritures mais tout simplement efficace, les Parisiens ont réussi à dominer les quarante-cinq premières minutes de la rencontre face à une équipe du haut de tableau. Volontaires, visiblement soudés voire même motivés, les hommes de Vahid Halilhodzic, bien placés, ont bien muselé leurs adversaires, notamment au milieu de terrain. Plus décidés dans la récupération et les duels, les joueurs de la capitale ont ainsi pu développer des contre-attaques rapides et efficaces. De quoi également fournir les attaquants en ballons exploitables, chose souvent bien difficile ces derniers temps… Dominateur, presque serein en première période, le PSG l'a beaucoup moins été en seconde. Comme souvent cette saison, les Parisiens ont beaucoup reculé au fil des minutes. Alors qu'on les avait vus conquérant en début de match, ils ont ensuite reculé d'un cran, préférant la douceur et la chaleur de leur surface à l'abordage de celle des Sochaliens. A la décharge des joueurs on peut cependant regretter la frilosité de coach Vahid qui a très tôt tourné son équipe vers une tactique plutôt défensive, par l'entrée de Badiane notamment… Mais leur solidarité et un Lionel Létizi toujours présent aura sauvé les Parisiens, soulagés par une victoire primordiale mais qui sortent une nouvelle fois d'une rencontre avec pas moins de six cartons jaunes dans la musette ! Un défaut qu'il leur faudra à tout prix effacer s'ils veulent aller plus haut...

Souvent le meilleur parisien cette saison, Lionel Létizi a une nouvelle fois sauvé la patrie en toute fin de match. Constant et décisif tout au long de l rencontre, il reste le pilier de l'équipe. La défense parisienne, s'il elle a globalement tenu, connaît encore quelques moments de faiblesse. Fébrile en début de match, semblant parfois un peu gauche, elle s'est renforcée au fil des minutes pour tenir une nouvelle fois le coup. Et si Helder a réussi une partie correcte, il n'a pas encore le niveau de Yepes, ni la même entente avec le roc Pierre-Fanfan. Sur les côtés, Pichot a bien rempli son rôle, se fendant même de nombreuses montées offensives en première période. Bernard Mendy, bien en place a toutefois pêché sur certains gestes, notamment en fin de match où ses dégagements hasardeux ont plusieurs fois remis l'équipe sochalienne dans le bon sens. L'absence de Modeste M'Bami n'a pas semblé avoir de répercussions trop flagrantes au milieu de terrain. L'association Cissé revenu au centre, Cana et Coridon un peu plus haut a relativement bien fonctionné, l'ancien Lensois permettant un meilleur approvisionnement des attaquants. Sur le côté, Pancrate a une nouvelle fois bien rempli son rôle. Enfin l'attaque parisienne a surtout brillé grâce à un Pauleta surmotivé, mû par la volonté de prendre ses responsabilités et dont la maîtrise technique a éclaboussé la première période. Reinaldo est resté quant à lui plus discret.

Rien n'est résolu à Paris, loin de là. Mais cette victoire à Sochaux aura au moins le mérite de calmer les esprits quelques temps et de permettre aux Parisiens de préparer plus sereinement leur rencontre à domicile face à Metz. Après cette belle victoire, coach Vahid reste pour le moment en place mais sera-t-il encore une fois, la semaine prochaine, sur un siège éjectable ? Le rendez-vous est pris !


La fiche technique

FC Sochaux 1 – 2 PSG (0-2)
Au stade Bonal : 17 000 spectateurs environ
Arbitre : M. Bré

Avertissements : Cana (32’), Pierre-Fanfan (36’), Mendy (58’), Helder (65’), Cissé (78’), Pauleta (83’)

Buts : Santos (74’) - Pauleta (24’ et 42)

Les équipes :

Sochaux : Richert – Tall (Ilan, 39’), Diawara, Paisley – Daf, Pitau, Lonfat, Mathieu – Menez (Oruma, 47’), Santos, Isabey (Zaïri, 71’)

Bordeaux : Létizi – Pichot, Helder, Pierre-Fanfan, Mendy – Pancrate, Cissé, Cana, Coridon (Boskovic, 88’) – Pauleta (Ljuboja, 83’), Reinaldo (Badiane, 62’)



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
Tottenham a t-il fait un bon choix en signant un contrat avec Mourinho jusqu'en 2023 ?

OUI
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB