Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse.
En savoir plus OK
Les autres matchs
Par Christophe Andreeff - Actu Ligue 1, Mise en ligne: le 21/11/2004 à 13h37
Taille du texte: Email Imprimer Partager:

Lors des sept dernières rencontres de la 15e journée, Marseille et Auxerre ont chuté en déplacements. Toulouse, Saint-Étienne ou encore Bordeaux effectuent les plus belles opérations de la soirée. Retrouvez l'essentiel de ces rencontres et les principales réactions avec Maxifoot !

Bilan global des résultats

Il restait six rencontres à disputer hier soir, après la victoire de Sochaux à Monaco (1-3, cf. mini-format) et le match nul entre le PSG et Lyon (0-0, cf. grand format). En fin d'après-midi, lors du derby du Nord à Bollaert, Lensois et Lillois s'étaient séparés sur un score de parité (0-0, cf. grand format). La plupart des yeux étaient rivés du côté de la Corse, où Ajaccio recevait l'Olympique de Marseille, toujours en crise avec ses supporters. Surpris par la vivacité des Corses et le retour en forme d'André Luiz, Marseille s'incline sèchement (2-0). Auxerre ne s'en tire pas mieux en Alsace (3-1). Du coup, Bordeaux profite du mauvais pas de ces deux formations pour revenir se placer, suite à sa victoire à la Beaujoire contre Nantes (0-1). Deux autres formations parviennent à s'imposer sur la plus petite des marges. Tout d'abord, les Verts de Saint-Étienne prennent le meilleur sur Rennes (1-0). Au Stadium, Toulouse profite des dernières minutes pour déposséder Bastia d'un bon point à l'extérieur (1-0). En revanche, il n'y a pas eu de buts entre Caen et Nice (0-0), tout comme à Istres, où Metz résiste jusqu'au bout (0-0). Quatre victoires à domicile, deux à l'extérieur, pour quatre résultats nul, voilà ce que l'on note au final de cette 15e journée, où n'auront encore été inscrits que quinze buts.

Pas grand-chose à signaler cette semaine au niveau des buteurs. Malgré la défaite de son équipe, Adebayor gagne encore un peu de terrain et vient se hisser à hauteur de la quatrième place avec six réalisations. On retiendra surtout cette semaine, le doublé de l'Ajaccien André Luiz qui s'enflamme devant son ancienne équipe. Un autre doublé nous arrive de Strasbourg, avec Abdessaki. Meriem inscrit lui son quatrième but. Les Bordelais occupent toujours bien le haut du classement, avec notamment le duo Chamakh-Laslandes et leurs cinq réalisations. Deux Monégasques font mieux. Il s'agit de Kallon et d'Adebayor, avec leurs six buts respectifs. Frei et Pagis occupent toujours la tête, avec sept buts chacun.

Le Tour des Stades

Marseille retombe dans ses travers (Ajaccio 2-0 OM)

Courbis avait hâte que la rencontre contre Marseille s'achève. Et pour cause, car si les supporters marseillais étaient interdit de déplacement (vu le rachat par les associations de supporters de tous les billets visiteurs), il existe de nombreux fans de l'OM qui résident dans l'Île de Beauté. Du coup, le Stade affichait complet, mais pas forcément aux couleurs de l'AC Ajaccio. En tous les cas sur le terrain, les Corses se sont montrés plus adroits, plus pressants et plus réalistes. Dès le début de la rencontre, Lucas venait tromper la défense marseillaise. Mais Monsieur Kalt refusait le but, pour un hors-jeu logique (3'). Ce n'était que partie remise, puisqu'à la dixième minute, Luiz était taclé irrégulièrement dans la surface de réparation par Meité. L'ancien phocéen transformait, en prenant Barthez à contre-pied (1-0, 11'). Par la suite, l'OM semblait dépassé par le cours du jeu et se montrait incapable de revenir au score. Bien au contraire des Corses qui se procuraient les meilleures occasions et venaient régulièrement presser la défense phocéenne. Toutefois, la fin de la première période avait sonné l'heure du réveil, ce qui obligeait Porato à plusieurs interventions décisives. Un corner de Koké était bien remis par Lizarazu au point de penalty, pour trouver la tête de Marlet (37'). Deux minutes plus tard, Batlles prenait le meilleur sur la défense corse d'une longue transversale, sur laquelle Marlet était un peu juste. Enfin, Pedretti trouvait le cadre sur un coup franc des vingt-cinq mètres (39'). Si les Phocéens reprenaient confiance, ils voyaient leurs espoirs déchus dès la reprise. Leur bourreau se nommait André Luiz qui signait son premier doublé de la saison. Il profitait d'un très bon centre de Demont, alors que Lizarazu avait été auparavant lobé par le ballon que Demont récupérait. Luiz reprenait de volée et venait tromper pour la seconde fois de la soirée Barthez (2-0, 46'). Par la suite et malgré les rentrées de Bamogo, Cheyrou et Fiorèse, Marseille ne parvenait pas à trouver les ressources pour revenir. Ajaccio maîtrisait son sujet, de quoi satisfaire Roland Courbis. «Ce n'est pas la première fois qu'on effectue un bon match, mais on n'avait pas été récompensé. Ces trois points nous font vraiment du bien. Ouvrir le score change la physionomie d'un match. On bat l'OM ce soir, mais l'OM finira devant nous.» Du côté de la Canebière, on risque d'avoir du mal à digérer ce nouveau revers. Des remous sont peut-être encore à prévoir, car la victoire sans la manière contre Strasbourg était loin d'éclipser les carences collectives de cette formation, pourtant toujours placé au général. Marseille laisse tout de même filer trop de points précieux. Score final 2-0 !

Le grand schuss pour Nantes (Nantes 0-1 Bordeaux)

Si les Canaris se retrouvaient dans une compétition de ski alpin, on les verrait bien dans l'épreuve du combiné. Ils alternent mal les passages délicats du Championnat contre les grosses formations, perdent des points à domicile contre des équipes réputées plus faibles et sont capables de s'incliner après avoir dominé une grande partie de leurs déplacements. Dommage lorsque l'on connaît leurs innombrables qualités dans le jeu à une touche de balle et les remontées de ballons très vives. Seulement voilà, après une série de trois victoires consécutives, dont celle contre le PSG, Nantes restait sur une série de trois matches nul et une défaite à Caen. La venue du voisin Girondin se voulait une excellente occasion de freiner la chute. Il n'en a rien été. Car les Girondins ne l'ont pas entendu ainsi et ont effectué une grosse partie. Très en confiances, après le succès contre le PSG la semaine dernière (3-0), ils ont su se montrer patients, constructifs et efficaces. A la plus grande déception des supporters de la Beaujoire qui s'avouaient très mécontents à l'issue de la rencontre. L'unique but était inscrit par Meriem. Il reprenait victorieusement d'une tête piquée, un centre de Francia. La défense nantaise ne bougeait pas, surprise également par le rebond du ballon (0-1, 26'). Seul un coup franc de Savinaud venait porter le danger à la demi-heure de jeu. Si Nantes tentait de reprendre le jeu à son compte en seconde période, Landreau devait intervenir dans les pieds de Chamakh à l'entame des vingt dernières minutes. En fin de match, on notait la rentrée de Darcheville qui se signalait d'une frappe trop enlevée (78'). Nantes, à l'image de Savinaud, reconnaissait sa défaite. «On est logiquement battu par Bordeaux. Ce soir, on a fait un festival de passes ratées, car on n'a pas bougé assez. Il n'y a pas eu de décalages. Il aurait fallu de gros exploits techniques du même coup pour s'en sortir. On a manqué de cohérence.» En revanche, on ne cachait pas sa joie du côté bordelais et Michel Pavon se laissait aller à quelques allégations de rugby. «L'équipe de France de Rugby nous a donné un bon exemple, en ne lâchant rien contre les Australiens. On mérite ce match-là, car on l'a maîtrisé. Avec un peu plus de finesse et de réalisme, on s'aperçoit qu'on peut mettre d'autres buts. Il faut juste éviter de me faire avoir une crise cardiaque à deux minutes de la fin.» Si Bordeaux a gagné hier soir, on connaît en revanche ce qu'il est advenu de nos Bleus face aux Pumas argentins. Espérons pour eux que les Girondins ne connaissent pas le même sort la semaine prochaine à domicile, contre Ajaccio. Score final 0-1 !

Strasbourg se lâche (Strasbourg 3-1 Auxerre)

La situation en Alsace ne cesse d'aller en s'améliorant. Malgré une défaite en Cité phocéenne, les Strasbourgeois se montrent bien plus entreprenants et imaginatifs sur le terrain. Auxerre en a fait la triste constatation hier soir, à tel point que Guy Roux ne tarissait pas d'éloges. Ce qui pourrait paraître faussement hypocrite aux yeux de certains. «La victoire de Strasbourg est amplement méritée. J'avais l'impression de jouer contre le Brésil... On a fait une assez belle dernière demi-heure. On a été un peu malchanceux et du coup on n'a pas pu se rapprocher.» Les Alsaciens ouvraient le score assez rapidement, suite à un centre d'Arrache qui trouvait Abdessaki au second poteau (1-0, 21'). A la pause, ils comptaient même deux buts d'avance, puisque suite à une fine passe de Pagis, Niang trompait Cool pour la seconde fois de la soirée (2-0, 35'). En confiance, les Strasbourgeois maintenaient leur pressing et Abdessaki venait conclure une nouvelle fois un bon travail avec Arrache (3-0, 57'). Les Bourguignons parvenaient à sauver l'honneur en fin de rencontre, par l'intermédiaire de Pieroni. Il concluait de la tête un coup franc excentré de Mathis (3-1, 66'). Le coup franc de Mignot sur le poteau ne viendrait rien changer au résultat final (80'). Strasbourg s'impose pour la troisième fois consécutive sur sa pelouse et s'extirpe de la zone de relégation. Score final 3-1 !

Les Verts rugissent de plaisir (St.-Étienne 1-0 Rennes)

Du côté de Geoffroy-Guichard, on se reprend à rêver à la vue des résultats de plus en plus encourageants des Verts. Contre Rennes, la victoire fût certes acquise tardivement, mais elle est à nouveau présente au rendez-vous. Les supporters n'en demandent pas plus pour l'instant. Le travail de Baup semble enfin porter pleinement ses fruits. Les Stéphanois parviennent désormais à provoquer la différence favorablement. Si on y a joute la manière, il y a de quoi ravir. «Toutes les victoires nous rapprochent du maintien. Il faut garder cette cohésion d'ensemble» , pouvait-on entendre dans les vestiaires après la rencontre. Le but de la victoire intervenait à six minutes de la fin, libérant les esprits. Il était signé Compan de la tête, à la récupération d'un centre de la gauche de Piquionne (1-0, 84'). A noter qu'Hellebuyck a encore été l'auteur d'une grande prestation. Saint-Étienne enchaîne avec une troisième victoire consécutive. Score final 1-0 !

Toulouse se relance (Toulouse 1-0 Bastia)

Comme beaucoup d'équipes qui avaient agréablement surpris en début de saison, les Toulousains ont connu un passage à vide. Il faut bien reconnaître que le calendrier difficile depuis la fin du mois de septembre, ne les a pas vraiment aidés. Contre Bastia qui avait partagé également l'excitation des premières places, Toulouse devait s'imposer pour rester dans le peloton du haut de tableau, derrière les rares échappés. Mission accomplie difficilement, malgré de bonnes intentions et l'absence de nombreux titulaires. En début de rencontre, Penneteau devait effectuer un sauvetage sur sa ligne, avant d'intercepter une reprise de volée de Psaume (12'). Revault était lui aussi inquiété à deux reprises. La balance allait pencher en faveur des Toulousains en seconde période. Penneteau était sauvé une première fois par sa transversale sur un centre tir de Clément (60'). En revanche, il ne pouvait rien contre la tête de Dieuze qui venait parfaitement conclure un coup de pied arrêté de Clément (1-0, 66'). Toulouse tenait bon et accrochait sa cinquième victoire de la saison. Score final 1-0 !

Pas de buts à Caen et Istres

Les deux autres rencontres qui opposaient Caen à Nice et Istres à Metz, n'ont pas offert énormément de spectacle. Du côté de la Normandie, on peut toutefois retenir plusieurs faits de match. Vahirua s'est blessé avant la mi-temps du côté des Aiglons. Quant à la formation normande, elle a manqué l'occasion de s'emparer des trois points sur un penalty ajusté par Deroin, sur lequel Grégorini se détendait de manière parfaite (64'). Il était consécutif à une faute de main de Jarjat. Enfin, Gernot Rohr a été exclus. Ce qui lui a valu quelques appréciations humoristiques en fin de rencontre à la vue de la prochaine opposition à domicile contre le PSG, puisque les deux entraîneurs se retrouveront dans les tribunes pour suivre les exploits des leurs. «Hier, j'ai eu l'impression qu'il y avait un peu plus d'explications. Là, il n'y a rien eu de particulier, au cours d'une rencontre jouée dans un bon état d'esprit. L'arbitre ne m'a pas donné de raisons. Ce qui est drôle, c'est que les deux coaches expulsés se retrouveront dans les tribunes la prochaine fois.» Nul doute qu'ils se raconteront des histoires... de coaches ! Score final 0-0 !

Du côté d'Istres, on attend toujours la fameuse première victoire. Tout vient peut-être à point à qui sait attendre, mais cela commence sérieusement à durer. Les Istréens peuvent toujours regretter un penalty non sifflé en fin de rencontre, pour une faute de Borbiconi sur Montano (89'). Score final 0-0 !

Panorama du classement

Suite à cette quinzième journée, on retrouve sans surprise une formation lyonnaise en tête du classement avec 33 Pts. Lille maintient les écarts et conserve sa seconde place avec 30 Pts. En revanche, les Nordistes voient revenir en force les Sochaliens qui comptent désormais 25 Pts et débordent à la différence de buts les Bourguignons. L'écart semble déjà très conséquent entre ce quatuor de tête. Avec les Lionceaux, les Bordelais se reprennent forts et viennent se hisser à la cinquième place avec 23 Pts. Monaco et Marseille perdent du terrain, respectivement à la sixième et septième place avec 22 Pts. Toujours au-dessus de la barre des vingt points, on trouve la courageuse équipe toulousaine qui gagne du terrain et vient se hisser à la huitième place, devant un peloton d'équipes qui piétinent.

Dans ce groupe, on retrouve des formations telles que Caen et Metz (19 Pts) qui n'arrivent pas à maintenir une certaine régularité. Le PSG se cantonne toujours à une douzième place incertaine avec 18 Pts et se laisse remonter par une formation stéphanoise retrouvée (11e avec 18 Pts). Du coup, Nantes retombe à la quatorzième place avec ses 17 Pts. Lens, seizième avec 15 Pts, continue de se laisser glisser également.

Bastia fait les frais de sa très mauvaise série qui se poursuit et retrouve une place de relégable avec 14 Pts. Strasbourg en sort à la différence de buts (-7 contre -9). Ajaccio se donne un peu d'air, certes toujours à l'avant-dernière place, mais un capital en augmentation avec 13 Pts. Istres, étonnement, n'est pas encore à l'agonie malgré quinze matches sans victoire, mais neuf scores de parité et autant de points.

Perspectives d'avenir

La seizième journée se déroulera le week-end du 27 novembre, après une semaine européenne riche d'enseignements pour nos représentants. Ensuite, il conviendra de se concentrer. Paris ira affronter Nice sur sa pelouse, sans la présence des entraîneurs sur le banc (expulsés). Marseille devra se méfier de la réaction d'orgueil des Nantais, souvent à l'aise sur la Canebière. Monaco devra affronter une équipe toulousaine qui pourrait retrouver un effectif plus conforme. Le Champion de France en titre retrouvera Auxerre qui ne peut se permettre une nouvelle défaite de rang. Mais Lyon reste toujours invaincu. Cela risque d'être très difficile. Deux équipes en forme, à savoir Lille et Strasbourg se retrouveront confrontées. Bordeaux souhaitera enchaîner sur une troisième victoire, avec la réception d'Ajaccio. Lens voudrait renouer avec la victoire à Sochaux. Mais cela semble délicat à Bonal. Mission toute aussi délicate pour Istres, en déplacement à Rennes.

On se retrouve dans une semaine pour suivre et revivre toute l'actualité de la seizième journée de Ligue 1.



Taille du texte: Email Imprimer Partager:




Publiez un commentaire avec votre compte Facebook, Yahoo, Hotmail ou AOL   AIDE
Pour signaler un abus, contactez
Ajouter un commentaire ... Les insultes sont passibles d'une amende de 12.000€ et jusqu'à 45.000€ pour les injures racistes, homophobe, handiphobe ou sexiste. N'oubliez pas que vos messages ici sont publics et qu'en cas de plainte votre identité réelle peut être révélée à la justice.



 
 

Liens FRANCE - Ligue 1


Ligue 1 - les fiches CLUB

Sondage Maxifoot
A la place du PSG, est-ce que vous levez l'option d'achat de 65 M€ de Mauro Icardi ?

OUI maintenant
OUI probablement mais attendons un peu
NON
Voter

Voir les resultats - Voir les sondages précédents

Actu et transferts 24h/24

Les + populaires du moment


Ça a fait le buzz depuis 7 jours


 A SUIVRE
Classements des
BUTEURS

en EUROPE
Indice MF :

l'état de
FORME
des clubs en europe
Les FRANCAIS à

l'ETRANGER
Qui joue ?
Qui marque ?
TWITTER
 Classement
 des clubs

Européens, L1, L2


MASQUER LA PUB